Rugby - Tournoi - Bleus - Les fins de match renversantes des Bleus dans le Tournoi

L'Equipe.fr
·5 min de lecture

Par ses rebondissements, sa dramaturgie et son invraisemblable dénouement, la rencontre du quinze de France face au pays de Galles de samedi soir (32-30) trouve sa place parmi les matches les plus renversants des Bleus dans le Tournoi. Petit rappel historique. 1997 : Angleterre-France (20-23) Vainqueur en Irlande et contre le pays de Galles, le quinze de France se présente le 1er mars 1997 à Twickenham avec l'espoir de poursuivre son sans-faute pour continuer à rêver au Grand Chelem. Mais après une première période largement dominée par le quinze de la Rose, les hommes de Jean-Claude Skrela sont bien loin de leur objectif. Menés 20-6 à l'heure de jeu, les Bleus lancent la révolte avec un essai de Laurent Leflamand (62e). « Titou » Lamaison prend alors ses responsabilités dans un stade où il martyrisera les All Blacks deux ans plus tard en demi-finale de la Coupe du monde. Le Briviste file dans l'en-but pour ramener les deux équipes à égalité (70e), avant d'inscrire la pénalité de la victoire à cinq minutes du coup de sifflet final. Quinze jours plus tard, au Parc des Princes, les Bleus battront largement l'Écosse pour compléter le 5e Grand Chelem de leur histoire. 2007 : Irlande-France (17-20) Alors que Lansdowne Road est en travaux de rénovation, les Irlandais déménagent dans le stade des sports gaéliques, à quelques kilomètres. Les Bleus se rendent donc dans le mythique Croke Park pour tenter de faire tomber l'Irlande de Brian O'Driscoll. Le combat est acharné sur le terrain : Ronan O'Gara a répondu à l'essai de Raphaël Ibanez et les Tricolores, indisciplinés et dominés devant, sont menés à deux minutes de la fin (17-13). Survient alors une action magistrale de maîtrise et de sang-froid. Sur le renvoi, les Bleus récupèrent le ballon, progressent dans le camp irlandais, avant d'écarter grand large. En position centrale, Vincent Clerc est servi et décide alors de repiquer sa course : le supersonique ailier toulousain se faufile entre cinq adversaires et marque l'essai de la victoire. Le stade est KO, la France debout. lire aussi La France renverse le pays de Galles et garde une chance de victoire finale dans le Tournoi 2014 : France-Angleterre (26-24) Pour le premier match du Tournoi des Six Nations 2014, le Crunch est servi en entrée. Les Bleus, derniers de la compétition l'année précédente, reçoivent l'Angleterre à Saint-Denis, sans certitudes et sans repères. Mais grâce à un doublé de Yoann Huget (1e, 17e) et une bonne partie de Jules Plisson, pour sa première cape, la France est devant à la pause (16-8). L'expérience anglaise va néanmoins prendre le dessus dans le second acte, et le quinze de la Rose se dirige vers une victoire (19-24, 78e). C'était sans compter la formidable inspiration collective qui va mener l'équipe de France vers un essai de légende. Depuis leurs 22 mètres, les Bleus remontent le terrain dans un festival de passe, jusqu'à la dernière offrande de Dimitri Szarzewski pour le jeune Gaël Fickou, entré en jeu trois minutes plus tôt. 2017 : France-Galles (20-18) Auteurs d'un Tournoi 2017 contrasté (deux victoires contre l'Écosse et en Italie, deux revers en Angleterre et en Irlande), les Bleus reçoivent le pays de Galles à Saint-Denis pour faire basculer leur bilan dans le positif. Si l'entame est bonne (10-0 après vingt minutes), les Français sombrent petit à petit dans les travers de l'indiscipline. Leigh Halfpenny se régale face aux poteaux et les Gallois se dirigent vers une victoire sans éclats (13-18, 79e). On assiste alors à l'une des fins de match les plus incroyables de l'histoire du rugby. Les Français campent devant la ligne d'en-but adverse, et les mêlées à cinq mètres s'enchaînent. L'arbitre Wayne Barnes ne donne pas l'essai de pénalité tant attendu par les 80 0000 spectateurs. Vingt interminables minutes après la sirène, les Tricolores forcent finalement le verrou gallois avec l'essai en force de Damien Chouly, acteur majeur du match le plus long. 2021 : France-Galles (32-30) Le pays de Galles se présente au Stade de France avec une solide ambition : celle de remporter le 13e Grand Chelem de son histoire. Les Bleus, battus une semaine plus tôt en Angleterre, entrent bien dans la partie avec un essai rapide de Romain Taofifenua (6e). Mais les Diables Rouges répondent immédiatement et posent peu à peu leurs griffes sur la rencontre. À trois minutes du terme, la France est menée de dix points (20-30), mais lance alors la machine. Le capitaine Charles Ollivon, exemplaire, marque l'essai de la révolte (77e), avant que la magie bleue opère. Alors que les Gallois ont la possession du ballon à moins d'une minute de la fin, ils commettent une faute et, sur la pénaltouche suivante, la France va à dans l'en-but par Brice Dulin au bout d'une action d'anthologie. Les Bleus de Galthié peuvent encore rêver à la victoire dans le Tournoi. lire aussi Comment les Bleus ont envoyé Dulin à l'essai face au pays de Galles

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.