Rugby - Tournoi - Bleus - Laurent Labit (XV de France) : « Notre souci majeur, c'est la régularité »

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Avant de penser à un éventuel sacre dans le Tournoi samedi face à l'Irlande, Laurent Labit, l'entraîneur des trois-quarts du XV de France, attend surtout de la constance après la victoire très prometteuse face aux Gallois (38-21). « L'équipe de France peut gagner un titre samedi soir. Est-ce que vous sentez une excitation particulière cette semaine ?
C'est une opportunité de gagner notre première compétition, oui, mais notre souci majeur, c'est la régularité dans nos performances et nos résultats. C'est l'enjeu du match de samedi. Dans ce Tournoi, on a fait une bonne entame contre l'Angleterre, puis on a un match difficile face à l'Italie, on fait un gros match à Cardiff et on s'est oublié en Écosse. C'est pourquoi l'attitude des joueurs nous a intéressés cette semaine. On veut faire partie des meilleurs et pour ça, il faut enchaîner les performances et les résultats. lire aussi Retière à l'aile samedi face aux Irlandais ? Un mot sur les performances de Virimi Vakatawa ?
On connaît tous ses qualités, je l'ai entraîné pendant six-sept ans (au Racing 92). En plus de la maturité qu'il a maintenant, il a autour de lui dans cette équipe des joueurs qui font le travail qu'il faut pour l'aider. C'est exactement comme au Racing 92. Tout le monde voit quelques performances individuelles mais je préfère mettre en avant la qualité du groupe, au milieu duquel on voit en effet quelques fulgurances. Dupont-Ntamack ? « S'ils ont la même longévité que Murray et Sexton, je pense qu'ils feront partie de l'histoire de notre sport » Vous placez Virimi Vakatawa parmi les meilleurs centres d'Europe voire du monde aujourd'hui ?
(Il élargit au reste du groupe) On a plusieurs joueurs que d'autres nations aimeraient avoir. On s'appuie sur ces joueurs, bien sûr, on espère que d'autres vont arriver d'ailleurs. Mais ces joueurs doivent aussi amener les autres à être meilleurs. J'ai connu un Dan Carter dans ce registre au Racing 92. Ces joueurs-là doivent améliorer les autres autour, c'est leur défi pour les prochaines échéances. Votre charnière Dupont-Ntamack va, elle, se frotter à la très expérimentée doublette Murray-Sexton...
L'idée, dans notre projet, c'est d'amener, comme cela a été fait en Irlande pour Murray et Sexton, nos joueurs à avoir autant de sélections communes. C'est comme ça que se construisent les grandes équipes. Il y aura un match dans le match entre deux charnières différentes, avec des Irlandais qui ont des systèmes et des programmations alors qu'Antoine (Dupont) et Romain (Ntamack) sont aussi dans un système mais ils peuvent s'adapter à tout moment. Avec ce qu'ils font déjà aujourd'hui, et s'ils ont la même longévité que Murray et Sexton, je pense qu'ils feront partie de l'histoire de notre sport. »