Rugby - Tournoi - Bleus - Laurent Labit : « On sait ce qui nous attend » contre l'Angleterre

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

L'entraîneur des arrières du XV de France a fait le point sur l'état de ses troupes à trois jours du « Crunch » contre l'Angleterre. « Le report du match France-Ecosse risque-t-il selon vous de briser la dynamique des Bleus ?
On a repris le groupe en main dès dimanche soir. Et dès les premières réunions et les premiers exercices lundi matin, on a senti des joueurs très investis. On est conscient de la mission qui nous attend samedi an Angleterre. Effectivement on a fait un très bon début de Tournoi avec ces deux victoires à l'extérieur. C'est notre troisième match à l'extérieur et on sait que c'est important pour nous dans l'objectif que l'on s'est fixé de remporter cette compétition. lire aussi Brice Dulin : « Un début de semaine très positif » Les matches entre la France et l'Angleterre sont toujours tendus. Craignez-vous que ce Crunch soit encore plus engagé au vu des résultats décevants des Anglais ?
Tous les matches qui opposent les deux pays sont toujours particuliers, comme tout le monde le sait. Peu importent les contextes qu'il peut y avoir des deux côtés, on sait que ça va être un match très très engagé. Chacun pour ses raisons. De notre côté, on sait ce qui nous attend mais on sait aussi ce que l'on cherche et l'ambition qui est la nôtre de remporter ce Tournoi. Les Gallois ont pris de l'avance avec les très bons résultats qu'ils ont effectués (trois victoires en trois matches). On sait que l'on a peu de marge d'erreur et cela passe par une grosse prestation samedi à Twickenham. Laurent Labit « Il n'y a pas de Dupont-dépendance. Mais quand on regarde l'intensité qu'on met dans nos matches, il devient parfois difficile de faire des changements sur des postes clés. Antoine Dupont a l'habitude a joué l'intégralité du match contre l'Irlande. Peut-on dire qu'il y a une Dupont-dépendance ?
Non, ce n'est pas une Dupont-dépendance. Mais quand on regarde l'intensité qu'on met dans nos matches, ainsi que les scénarios des rencontres, il devient difficile de faire des changements sur des postes clés. C'est le choix qui avait été fait contre l'Irlande, cela avait été décidé à l'avance avec le staff. On voulait amener les joueurs le plus loin possible, sachant que l'on n'avait pas de match le week-end suivant. On voulait essayer de garder sur le terrain la grosse ossature de l'équipe qui avait commencé. C'est pour cette raison qu'il n'y avait pas eu de changements. Mais ce n'est pas quelque chose qui est figé dans le temps. lire aussi Anthony Bouthier et Paul Willemse dispensés d'entraînement mardi « par précaution » Comment jugez-vous les dernières prestations de Matthieu Jalibert à l'ouverture ?
Matthieu a parfaitement répondu à ce qu'on attendait de lui depuis qu'il a pris en charge l'équipe. On est bien sûr plus que satisfait de ses performances, tout comme l'avait été Romain Ntamack avant qu'il ne se blesse. C'est une grande chance pour l'équipe de France d'avoir deux joueurs de ce niveau sur ce poste et je crois que beaucoup d'équipes nous envient d'avoir des joueurs de cette qualité-là. lire aussi Les Anglais louent les qualités d'Antoine Dupont Virimi Vakatawa pourrait réintégrer le quinze de départ. Quelle est sa place dans la ligne d'attaque du XV de France ?
Tout le monde connaît son impact. Il a repris la semaine dernière avec son club, il a fait une très bonne reprise et joué 80 minutes. Ça veut dire qu'il est prêt pour jouer avec nous. On connaît sa complémentarité et son entente avec Gaël (Fickou) au milieu du terrain et on sait aussi ce qu'il peut apporter avec ses qualités quand il a le ballon car il peut monopoliser les défenseurs. On sait que les adversaires ont beaucoup plus de soucis pour défendre contre nous quand il y a ce type de joueur sur le terrain. Ça peut ouvrir des possibilités pour les joueurs qui sont autour. »