Rugby - Tournoi - La France perd contre l'Écosse et termine deuxième du Tournoi

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

Cette défaite dans les derniers instants (23-27) des Bleus devant l'Écosse, vendredi soir, conclut l'édition 2021 du Tournoi des Six Nations, qu'ils terminent néanmoins à la deuxième place derrière le pays de Galles. Le match : 23-27 Dans les dernières secondes, cinq minutes après la fin du temps réglementaire, dans un élan magnifique, une verve jamais démentie, un feu toujours brûlant, les Écossais privés de leur ouvreur Finn Russell (carton rouge, 71e) surent transpercer ce XV de France trop indiscipliné (carton jaune contre Baptiste Serin, 73e) et qui avait déjà laissé échapper ses chances de victoire finale à Twickenham il y a deux semaines dans les derniers instants. On ne parlera pas de bonus offensif, ni de victoire par vingt-et-un points d'écart, barre posée bien trop haut pour ce XV de France encore immature. Explosant de joie devant leurs écrans de télévision, les Gallois remportent finalement grâce à cette performance calédonienne l'édition 2021 du Tournoi à l'issue d'une « finale » décalée pour cause de contamination Covid dans les rangs tricolores. À noter que, contre toute attente, les Tricolores attendirent la fin de la première période pour se lancer à l'attaque et ce n'est qu'à la 36e minute qu'ils inscrivirent leur premier essai par Brice Dulin, bien lancé par Damian Penaud, ce même Penaud qui bonifia d'un lob une passe dans la défense signée Virimi Vakatawa pour plonger dans l'en-but juste après la reprise (46e, 18-10). lire aussi Le film de France-Ecosse Après le carton jaune infligé au capitaine écossais Stuart Hogg pour fautes répétées (40e), les coéquipiers de Charles Ollivon ne profitèrent qu'a minima de leur supériorité numérique - cinq points marqués - loupant surtout une pénaltouche (40e+1e) sur le fil d'une rencontre disputée par un temps d'Écosse et sur un rythme de cornemuse, c'est-à-dire plutôt lent. Avec un but de Finn Russell (53e), les Calédoniens n'étaient pas distancés (18-13). Pis, ils continuèrent à peser devant et finirent, après deux pénaltouches victorieuses, à marquer leur deuxième essai par Cherry (61e) pour mener de nouveau (18-20). Alors, dans le dernier quart - c'est devenu une habitude - ce XV de France libéra ses intentions pour lancer son mobile deuxième-ligne Swan Rebbadj autour d'un ruck pour reprendre la tête au score (66e, 23-20). Romain Ntamack manqua sa deuxième transformation d'affilée quasiment au même endroit et nous en étions là, deux minutes après le temps réglementaire, quand les Tricolores, perdant tout contrôle, finirent par se gaufrer après avoir subi trois minutes et vingt temps de jeu, leçon de conservation au terme de laquelle le XV du Chardon trouva par son ailier Duhan Van der Merwe le chemin de l'en-but (80e+5e) et de la victoire. 22 L'Écosse ne l'avait pas emporté au Stade de France depuis 1999 et son dernier Grand Chelem dans le Tournoi des Cinq Nations. Le fait : pourquoi avoir attendu si longtemps ? Si les Français avaient ciblé quatre essais à inscrire pour remplir une partie du contrat, on peut alors s'interroger sur le choix de tenter les buts de pénalité, comme à la 9e et à la 28e, avant de jouer deux mêlées sous les poteaux écossais (33e, 35e), preuve qu'il n'y avait pas de stratégie précise dans ce domaine, le staff technique souhaitant que Romain Ntamack tente les buts alors que le capitaine Charles Ollivon en décidait autrement. Bien lui en prit puisque Dulin, derrière une de ces mêlées, inscrivit - enfin - le premier des trois essais bleus. Le joueur : Damian Penaud signe son neuvième essai Une passe intérieure pour son arrière Brice Dulin, synonyme d'essai (36e). Puis un lob en bout de ligne et un ballon poursuivi au pied en bon footballeur qu'il fut et l'ailier clermontois Damien Penaud planta le neuvième essai de sa carrière internationale pour donner un petit avantage aux siens (18-10) juste à l'entrée de la seconde période. Il s'illustra aussi par une relance tranchante (54e) qui aurait mérité meilleur enchaînement. Sollicité sur les balles hautes, il n'a pas toujours été heureux sous une pluie battante mais fut à son avantage dans le jeu courant. lire aussi Résultats/classement du Tournoi