Rugby - Tournoi - Les Gallois étrillent l'Italie et joueront le Grand Chelem contre la France

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Sans trembler un seul instant, le pays de Galles a largement dominé l'Italie à Rome (48-7), samedi, lors de la quatrième journée du Tournoi des Six Nations. Les Diables Rouges tenteront de décrocher le Grand Chelem contre le quinze de France, samedi prochain. Le match : 7-48 Si elle nous a parfois habitué à tenir le rythme imposé par son adversaire ne serait-ce qu'une mi-temps, l'Italie n'a cette fois-ci pas rivalisé un seul instant. Dans leur Stadio Olimpico baigné de soleil, les Transalpins ont été débordés (48-7), samedi, par un Dragon Rouge bien trop gaillard pour eux. lire aussi Le film d'Italie-Galles Dès l'entame de match, les Gallois ont montré beaucoup d'application pour terrasser patiemment mais sûrement la Squadra Azzura. L'essai de Josh Adams, après une action en première main (8e), puis celui de Toby Faletau en marchant (14e), ont bien lancé l'équipe de Wayne Pivac. Puis le pays de Galles a ensuite misé sur sa science des groupé-pénétrant pour envoyer par deux fois Ken Owens dans l'en-but (21e, 30e). En deuxième période, l'ailier italien d'origine australienne, Monty Ioane, a joliment sauvé l'honneur de son équipe sur un éclair personnel (51e). Mais les trois-quarts gallois n'ont pas levé le pied pour autant. George North (43e), Callum Sheedy (60e) et l'inévitable Louis Rees-Zammit (64e) y sont allé de leur essai pour parachever le festival offensif. Samedi prochain, au Stade de France, le pays de Galles aura l'occasion de décrocher le 13e Grand Chelem de son histoire. lire aussi Calendrier, classement et résultats du Tournoi des Six Nations 14 Cela fait 14 ans que l'Italie n'a plus battu le pays de Galles. La dernière fois, c'était le 10 mars 2007 à Cardiff (20-23). Le fait : Pivac repose ses cadres Devant la performance solide de ses joueurs en première période, et la victoire bonifiée rapidement acquise, le sélectionneur gallois Wayne Pivac a procédé à de nombreux changements peu de temps après la pause. Une façon de reposer ses cadres en vue du choc final face à la France, samedi prochain (21 heures). Wyn Jones, Ken Owens, Tomas Francis, Alun-Wyn Jones, Taulupe Faletau, Gareth Davies, Dan Biggar et George North ont ainsi pu sortir avant l'heure de jeu et préserver quelques forces pour aller remporter le Grand Chelem à Paris.