Rugby - Tournoi - L'équipe-type de la 4e journée du Tournoi des Six Nations

L'Equipe.fr
·6 min de lecture

Virevoltants en Italie, les Gallois sont présents en nombre dans le quinze type de la 4e journée du Tournoi des Six Nations. Costauds face aux Bleus, les avants anglais se démarquent également. 15 Stuart Hogg (Écosse) Surveillé de près par les défenseurs irlandais, Stuart Hogg est quand même parvenu à exploiter quelques espaces à Murrayfield (victoire de l'Irlande 27-24). L'arrière et capitaine du quinze du Chardon est notamment décisif sur l'essai de Russell où son accélération a fait la différence. Replacé à l'ouverture en cours de match, l'Écossais s'est montré aussi à l'aise proche de la ligne d'avantage. 14 Louis Rees-Zammit (Galles) Toujours dans les bons coups, Louis Rees-Zammit explose à la face du monde dans ce Tournoi 2021. Le jeune ailier (20 ans) a été le joueur qui a parcouru le plus de mètres en Italie (170). Il a aussi inscrit un essai sur interception, le quatrième pour dans la compétition, et offert des espaces à ses partenaires tant le danger qu'il représente concentre l'attention des adversaires. 13 George North (Galles) Récemment honoré d'une 100e cape avec les Diables Rouges, l'expérimenté George North s'est fait plaisir en Italie (48-7). Le centre gallois a perforé à plusieurs reprises la défense transalpine. La première fois, cela a abouti à un essai refusé à Rees-Zammit. La seconde, il s'est chargé lui-même d'aller aplatir entre les poteaux pour donner au score une ampleur méritée. 12 Robbie Henshaw (Irlande) Le premier centre irlandais prend de plus en plus d'épaisseur dans la ligne d'attaque du quinze du Trèfle. Robbie Henshaw a été énorme en défense contre l'Écosse, distribuant quelques beaux bouchons (11 plaquages). Il s'est aussi illustré avec le ballon, auteur d'un essai et de nombreuses courses pour semer la pagaille dans le camp adverse. 11 Josh Adams (Galles) Après sa peine de deux matches de suspension - pour avoir brisé le protocole sanitaire - purgée, Josh Adams a retrouvé toutes ses qualités le long de sa ligne de touche. Remarquable finisseur (encore un essai en Italie), l'ailier des Diables Rouges est un athlète formidable qui donne du fil à retordre aux adversaires, en témoigne cette action de la première mi-temps où, seul face à quatre défenseurs, il parvient à rester sur le terrain. 10 Jonathan Sexton (Irlande) Secoué d'entrée de match, Jonathan Sexton a répondu de la meilleure des manières à l'agressivité défensive des Écossais, en prenant un peu de recul pour se donner le temps d'organiser le jeu des siens. Parfait dans son jeu au pied d'occupation, l'ouvreur a en plus fait preuve de sang-froid dans les tirs au but (6/7), notamment pour convertir la pénalité de la gagne (27-24). 9 Gareth Davies (Galles) Concurrencé par Kieran Hardy et Tomos Williams, Gareth Davies a relancé le débat au poste de demi de mêlée. Le Gallois a été tranchant face à une faible Italie, distribuant bien le jeu, offrant des ballons propres à son ouvreur Dan Biggar, qui a pu lancer ses trois-quarts dans un fauteuil. Et Davies n'a pas manqué de jouer de ruse pour provoquer l'exclusion temporaire de Bigi, en jouant vite une pénalité en début de rencontre. lire aussi Calendrier, classement et résultats du Tournoi des Six Nations 8 Billy Vunipola (Angleterre) Autocritique après des performances en demi-teinte, Billy Vunipola a tenu à remettre les pendules à l'heure face au quinze de France (23-20). Le numéro 8 anglais a retrouvé sa grinta pour faire mal aux Tricolores à chaque impact. S'il n'a pas retrouvé la même influence qu'au Mondial 2019, Vunipola semble au moins avoir récupéré son mordant. 7 Tom Curry (Angleterre) Omniprésent, encore une fois. Tom Curry n'a plus son jumeau « kamikaze kid » avec lui (Sam Underhill, blessé). Alors il se bat pour deux sur chaque ballon. Le flanker anglais a beaucoup porté et gagné de nombreux mètres dans un match où le quinze de la Rose a globalement eu la possession. Ses charges rageuses ont donné de l'avancée à son équipe. 6 Tadhg Beirne (Irlande) À 29 ans, Tadhg Beirne est sans doute la révélation de ce Tournoi. Aussi à l'aise en troisième-ligne qu'en deuxième-ligne, le puissant avant irlandais est impeccable en défense et décisif quand il est question d'avancer au bord des rucks. Il a de nouveau marqué un essai important en Écosse, en force, pour donner de l'avance au quinze du Trèfle. 5 Romain Taofifenua (France) Remplaçant de Bernard Le Roux, forfait, Romain Taofifenua a surpris dans le bon sens du terme à Twickenham en sortant de son registre frontal pour délivrer quelques passes bien senties qui ont fluidifié le jeu des Bleus en première période. Et son impact physique a pesé sur la ligne d'avantage, notamment en défense où ses plaquages ont fait mal aux Anglais. lire aussi Excellent contre l'Angleterre, Romain Taofifenua évolue à son meilleur niveau 4 Maro Itoje (Angleterre) Extrêmement pénalisé depuis le début du Tournoi, Maro Itoje a été beaucoup plus sage contre la France. En revanche, le deuxième-ligne du quinze de la Rose s'est démultiplié pour presser constamment Dupont au bord des rucks. Cette activité débordante a été récompensée de l'essai de la victoire, inscrit en force avec rage. 3 Kyle Sinckler (Angleterre) Il est un des rares Anglais à tenir son rang depuis plusieurs matches. Contre la France, Kyle Sinckler a une fois de plus été à son avantage, notamment dans le combat où il domine grâce à son punch et son agressivité. En mêlée fermée, il a stabilisé l'édifice anglais, là où son partenaire Mako Vunipola a souffert. Sinckler obtient d'ailleurs une pénalité importante dans ce secteur en fin de match. lire aussi Toute l'actu du Tournoi des Six Nations 2 Ken Owens (Galles) Dans un match avec de nombreux espaces, les avants gallois ont aussi pu briller. Et notamment le talonneur Ken Owens, bien au chaud derrière son pack pour inscrire deux essais sur ballon porté. Un doublé qui récompense aussi son travail de sape dans les rucks pour libérer des ballons propres à Davies et lancer les mouvements des trois-quarts. 1 Cyril Baille (France) Monstrueux en Irlande, Cyril Baille a récidivé en Angleterre, réussissant une grande partie. Le pilier gauche des Bleus brille toujours autant par sa capacité à faire vivre le ballon grâce à une qualité de passe remarquable, issue de l'école toulousaine. Il n'est pas loin d'être le meilleur pilier gauche sur la scène internationale.