Rugby - CE - Ugo Mola aimerait voir Romain Ntamack et Matthieu Jalibert jouer davantage ensemble en Bleu

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

En conférence de presse, ce jeudi, le manager du Stade Toulousain a lancé la demi-finale de Coupe d'Europe qui opposera son club à Bordeaux-Bègles, samedi (16h). Il a notamment évoqué l'adversaire, le duel Ntamack-Jalibert et la blessure de Yoann Huget. L'UBB et Christophe Urios « J'ai plus tendance à craindre les joueurs que les entraîneurs » « On a quand même un Championnat que ne détermine pas le champion à la fin de la saison régulière. Donc tout le monde était frustré la saison dernière, l'UBB comme nous. Après, comme il n'a pas autant l'habitude que nous d'être en phase finale, peut-être que ça a augmenté son niveau de frustration. L'UBB est un club qui dispose d'un président qui ne se trompe pas trop sur le recrutement qu'il réalise, car c'est lui qui pilote ça depuis des années. Il a accéléré le processus cette année avec des arrivées assez impressionnantes, comme celles de Guido Petti, Ben Lam, ou des jokers Louis Picamoles ou Thomas Jolmes. C'est assurément l'une des équipes les plus dangereuses de notre Championnat. Si je crains Christophe Urios ? J'ai plus tendance à craindre les joueurs que les entraîneurs. Mais il faut reconnaître que son management est toujours assez pertinent. Je vois aussi que son président l'a converti au jeu, ce qui n'est pas rien. Après, c'est quelqu'un qui maîtrise réellement l'humain et les forces et faiblesses de son groupe. Quelqu'un qui prend aussi de la place médiatiquement. C'est un bon client, comme vous le dites souvent. » Le duel Ntamack-Jalibert « Ils tireront le rugby français vers le haut » « Je trouve juste dommage de ne pas les mettre plus souvent ensemble sur le terrain. Mais je n'ai pas de maillot bleu. C'est plutôt à Fabien Galthié et ses adjoints de décider de ça. Romain et Mathieu sont des garçons qu'on peut considérer comme à la fois différents et ressemblants. Ce qui les rapproche, c'est qu'ils sont très influents sur le terrain dans leur dispositif, et qu'ils ont une maturité certaine pour leur jeune âge. Je vous rappelle que depuis dix ans, vous cherchiez ce fameux 10 français providentiel. Là, vous en avez deux, peut-être même trois avec le petit Carbonel à Toulon. Donc, profitons d'avoir des gamins comme ça, car ils tireront le rugby français vers le haut. Ce qui est sûr, c'est qu'ils ne perdront pas leur temps à se confronter lors d'un match éliminatoire de haut niveau. Après, je peux comprendre qu'un duel à ce poste clé puisse attirer la lumière, mais de notre côté, ça n'a pas perturbé la préparation des uns et des autres, et encore moins celle de Romain. » lire aussi Émile Ntamack raconte Romain La blessure de Yoann Huget « Voir ce garçon ne pas terminer à la juste hauteur de ce qu'il a réalisé durant sa carrière est hyper frustrant » « Yoann s'est fait opérer dès qu'on a eu l'étendue des dégâts, soit une rupture totale du talon d'Achille. Il est monté au bloc dans la foulée et, trois heures après, il était chez lui sur son canapé. Il viendra passer une partie du week-end avec le groupe. Il va étonnamment bien sur le plan mental. On verra la suite qu'il donnera à sa vie, mais une chose est sûre, la proximité qu'on aura avec lui lors des prochaines années sera évidente. Ce n'est pas le premier qui se blesse. C'est terrible pour lui, tant son investissement était irréprochable et exemplaire auprès de nos jeunes joueurs. Ma relation avec Yoann n'a jamais été trop linéaire, mais voir ce garçon ne pas terminer à la juste hauteur de ce qu'il a réalisé durant sa carrière est hyper frustrant. Après, le sport de haut niveau a un peu peur du vide. Et rapidement, le vide est comblé. L'événement d'une demi-finale européenne a donc repris le dessus presque naturellement. » voir aussi Le tableau de la Coupe d'Europe L'arrivée d'un joueur supplémentaire « Recruter un joueur de plus ne serait pas un luxe » « Santiago Chocobares est un garçon qui était ciblé depuis très longtemps par nos soins, dans un profil de trois-quarts centre polyvalent. Malheureusement, dans un premier temps, ça n'a pas pu se faire. Là, on espère pouvoir le rentrer très prochainement dans notre effectif pour l'exposer dans les semaines qui arrivent, parce qu'avec les blessés que l'on a, on est quand même en flux tendu depuis très longtemps sur la ligne de trois-quarts. Sur la composition d'équipe pour samedi, je peux vous dire que nos arrières valides étaient moins stressés que nos avants. Devant, on aurait pu composer trois équipes plutôt performantes. Derrière, c'est plus compliqué. Donc, recruter un joueur de plus ne serait pas du luxe. »