Le Russe Arkadi Dvorkovitch réélu à la tête de la Fédération internationale des échecs

(T. Vizer/Polaris/L'Equipe)

Arkadi Dvorkovitch, ancien vice-Premier ministre de Russie, a été largement réélu président de la Fédération internationale des échecs, dimanche. Il était opposé à un Ukrainien, Andrii Baryshpolets.

Arkadi Dvorkovitch (50 ans), qui fut vice-Premier ministre de Russie de 2012 à 2018, sous Vladimir Poutine, a été réélu dimanche président de la Fédération internationale des échecs (FIDE). Il s'est nettement imposé face à l'Ukrainien Andrii Baryshpolets, un grand maître, qui contestait sa position, depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie, le 24 février dernier.

Réunies en Inde, 179 fédérations nationales d'échecs votaient. 157 ont apporté leur voix à Dvorkovitch, contre seulement 16 pour Baryshpolets. Cinq représentants se sont abstenus et un vote a été déclaré nul. Arkadi Dvorkovitch avait quitté ses fonctions de vice-Premier ministre de Russie, quand il avait été élu à la tête de la FIDE.

Peu avant le scrutin, le candidat ukrainien avait accusé Arkadi Dvorkovitch d'avoir « d'énormes liens avec le gouvernement russe. [...] Vous êtes responsable de ce qui se passe en Ukraine maintenant. Vous êtes responsable de la montée en puissance du gouvernement russe et de la machine de guerre de la Russie. Comment nous, le monde des échecs, pouvons-nous nous permettre cela ? ».

Dvorkovich avait condamné l'invasion de l'Ukraine puis changé d'avis

Dvorkovich avait répondu qu'il avait adopté « une position forte sur les événements tragiques en Ukraine », et qu'il avait soutenu la réduction de la participation de la Russie à la FIDE. En mars, il avait semblé critiquer l'invasion russe, affirmant que ses « pensées (allaient) aux civils ukrainiens ». Au site d'information américain Mother Jones, le dirigeant russe avait ajouté : « Les guerres ne tuent pas seulement des vies inestimables. Les guerres tuent les espoirs et les aspirations, gèlent ou détruisent les relations et les liens ».

Ces commentaires avaient suscité des critiques en Russie, et Dvorkovitch avait ensuite fait marche arrière, en déclarant qu'il n'y avait « aucune place pour le nazisme ou la domination de certains pays sur d'autres ». Ses propos ont été perçus comme un soutien au Kremlin, qui dépeint l'Ukraine comme étant dirigée par des nazis et accuse les pays occidentaux de chercher à s'emparer furtivement du voisin russe.

Arkadi Dvorkovitch est cependant considéré comme un administrateur compétent de la FIDE, notamment lors de la pandémie de Covid-19. Quelques heures après sa réélection, le Kremlin a fait savoir que sa victoire était « une très bonne nouvelle ».

lire aussi

Toute l'actualité des échecs