Russell aime que le streaming fasse ressortir les personnalités

Emmanuel Touzot
motorsport.com

Moins attendu au tournant que des pilotes comme . 

Le pilote Williams a fait de nombreuses sessions en ligne, très souvent diffusées sur sa chaîne Twitch, dans lesquelles il joue à F1 2019, mais aussi à Assetto Corsa Competizione, et de manière plus étonnante, à Euro Truck Simulator 2, une simulation de transport routier sur laquelle il a joué des parties contre Leclerc. Il trouve en ces compétitions virtuelles et en ces diffusions le moyen de se rapprocher de ses rivaux et amis, tout en dévoilant un peu plus sa personnalité et celle des autres pilotes.

Lire aussi :

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Russell remporte le GP Virtuel face à Leclerc

"C'est amusant. Ça a en quelque sorte rapproché un peu plus les pilotes, ceux qui y prennent part", a déclaré le Britannique dans une interview pour Sky Sports F1. "L'aspect streaming est quelque chose que je n'avais jamais fait auparavant, et j'ai apprécié de le faire. C'est une manière facile de montrer votre caractère et de faire ressortir votre personnalité. De notre point de vue, il est un peu de notre devoir de faire du spectacle et de créer un peu de divertissement pour tous ces fans incroyables et fidèles de la F1 qui n'ont rien à regarder ou à suivre. Leur donner cette opportunité en étant assis derrière notre ordinateur est génial."

Outre cet aspect divertissant, Russell a également participé aux Virtual GP organisés par la Formule 1 à la place de chaque course annulée ou reportée, et a remporté dimanche dernier sa première course virtuelle officielle, après une intense bataille face à Leclerc et Albon : "C'est rapidement devenu compétitif, et ça nous a menés à passer des heures et des heures devant l'écran de l'ordinateur, assis dans le salon sur le simulateur. Je n'ai pas toujours envie de faire ça quand la météo est bonne dans le jardin. Je pourrais être dehors torse nu et me faire bronzer. Mais c'est ce qui nous permet de garder cet aspect compétitif. Et ça me plaît, jusqu'ici."

À lire aussi