Russell a "les boules" après son "erreur stupide" sous Safety Car

Fabien Gaillard
·2 min de lecture

George Russell se trouvait dans le top 10 quand, alors que la voiture de sécurité avait été déployée pour la sortie de piste de Max Verstappen et qu'il se trouvait directement derrière, le Britannique a perdu le contrôle de sa Williams et a percuté le muret en faisant chauffer ses pneus. Il s'est immédiatement excusé auprès de l'écurie et peu après son retour au paddock a posté un message sur Twitter : "Je ne sais pas quoi dire. [Je n'ai] aucune excuse. Je suis tellement désolé les gars."

Puis, devant les médias, celui qui n'a toujours pas inscrit le moindre point en 34 Grands Prix a déclaré : "Je ne sais pas [ce qu'il faut pour que j'inscrive un point]. Je veux dire, pas faire d'erreur stupide comme aujourd'hui. C'était une course où j'attaquais aussi fort que possible depuis le premier tour, le plus agressivement que j'aie jamais fait."

Lire aussi :

Course - Hamilton en maître, Ricciardo sur le podium, Mercedes sacré

"Et je voulais continuer comme ça sous Safety Car, parce que je savais qu'avec les gars derrière moi avec les pneus chauds neufs, et moi sur les vieux pneus, si je voulais avoir la moindre chance de marquer un point, je devais être super agressif. Et, évidemment, dès que j'ai perdu la voiture, j'étais déjà dans le mur, et ça fout les boules. Bien sûr, je suis vraiment désolé pour tous les gars."

Quand il lui a été demandé s'il y avait quand même du positif à tirer, il a répondu : "Le positif c'est que nous sommes dans cette position à la régulière. J'ai réussi à passer [Esteban] Ocon, et à m'échapper. En début de course, j'étais dans le rythme des McLaren devant moi. La voiture était performante ce week-end, et ça allait vraiment, vraiment vite."

"Ça va venir, je pense que nous la comprenons de mieux en mieux, d'une semaine à l'autre. Mes premiers tours ont été mauvais, et j'ai probablement fait un dépassement agressif, téméraire sur Sebastian [Vettel] dans le premier virage, c'est quelque chose sur quoi nous voulons travailler. Et, comme je l'ai dit, parfois je me dis que j'ai été un peu trop conservateur lors des courses. Et j'ai clairement trouvé la limite aujourd'hui."