Russell : Leurs "grands sacrifices" ont semblé normaux aux rookies

Fabien Gaillard

Le Champion de Formule 2 en 2018, George Russell, est arrivé en F1 en 2019 en compagnie d'autres rookies, à savoir Lando Norris (McLaren) et Alex Albon (Toro Rosso puis Red Bull). S'il a hérité du moins bon baquet, chez Williams, Russell et ses amis ont suivi le même parcours au travers du karting et des formules de promotion, quittant ensuite le système scolaire pour se concentrer sur leur carrière. Une situation que le pilote au numéro 63 considérait comme "la norme", n'y voyant alors "rien de spécial".

"Nous avons tous quitté l'école tôt, en faisant un grand sacrifice, aucun d'entre nous n'a fait la fête et n'a bu pendant son adolescence. Nous avons tous pensé qu'il s'agissait de la norme. Nous ne pensions pas faire quelque chose de spécial. Nous estimions juste que c'était ce qu'il fallait pour devenir pilote de F1. Je pense que c'est seulement aujourd'hui que, en quelque sorte, nous nous rendons compte que nous nous sommes surpassés pour atteindre nos objectifs – et c'est bien que les gens le remarquent – et que nous avons un niveau de performance correct."

Lire aussi :

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Russell n'attend pas de compliments de la part de Mercedes

En s'appuyant sur le temps passé ensemble par le trio pendant leurs années en catégories junior, Russell "savait [qu'ils seraient] à un niveau similaire" en arrivant en F1 et qu'une saine émulation se mettrait en place. "Je sais que nous sommes tous de bons pilotes, mais j'ai couru contre ces gars toute ma vie, donc je pensais juste que c'était la norme."

"Je savais que nous serions à un niveau similaire les uns vis-à-vis des autres quand nous sommes arrivés en F1, parce que nous avons couru les uns contre les autres toute notre vie, et nous savons où nous nous situons. Savoir que nous avons le niveau pour faire du bon travail en Formule 1 contre des gars qui sont là depuis cinq ou dix ans et plus est une excellente sensation, et je pense qu'en ayant couru les uns contre les autres depuis l'âge de 12 ou 13 ans, nous nous sommes poussés. Probablement pas consciemment."

"J'ai vu des choses que Max [Verstappen] et Charles [Leclerc] ont fait que j'ai probablement pensé devoir faire, ils ont peut-être pensé la même chose avec nous. De même, Lando était juste en dessous de moi et Alex était un peu devant moi, Lando nous admirait probablement, j'admirais un peu Alex quand il était en karting senior et que j'étais en karting junior."

À lire aussi