Russell a des idées pour la Williams après sa course chez Mercedes

Vincent Lalanne-Sicaud
·2 min de lecture

La brève apparition de , qui connaissait pourtant bien mieux les secrets de la W11.

Ces secrets, Russell a pu les découvrir en partie et même s'il doit respecter un certain devoir de réserve, son expérience dans la meilleure monoplace du plateau pourrait bénéficier à , dont la F1 était la moins performante cette année. Même si son installation dans la W11 était loin d'être parfaite, l'Anglais a pris un excellent départ à Sakhir et il a déjà donné des idées à son équipe pour progresser dans ce domaine.

"Il a mentionné des choses", a déclaré Dave Robson, responsable de la performance du véhicule à Grove. "Il a pris un [départ] particulièrement bon et il en a eu de bons dans notre voiture, mais je pense que la constance nous fait défaut. C'est probablement plus dû à la voiture qu'au pilote. Il a quelques idées, surtout pour modifier la palette d'embrayage, pour des questions d'ergonomie. C'est une chose que nous pouvons étudier cet hiver."

"Je pense que les systèmes de transmission sont un peu trop différents, mais le plus intéressant est peut-être la préparation du pneu et la façon dont on comprend le niveau d'adhérence à disposition au départ, et donc ce qu'il faut faire avec l'embrayage. Je pense que nous avons probablement des choses à apprendre."

Lire aussi :

Russell : "Une sensation étrange" en retrouvant la Williams Bottas : "J'ai pu passer pour un con" face à Russell

Williams ne peut pas se permettre de simplement copier les solutions de Mercedes car elles n'auraient pas la même efficacité, les monoplaces étaient basées sur des philosophies différentes. L'équipe de Grove peut en revanche s'inspirer de certaines idées et identifier les domaines dans lesquels la marge de progrès est la plus importante.

"Le rythme fondamental de la voiture est probablement trop différent donc nous ne pouvons pas transformer notre voiture comme la leur aussi simplement que ce que [Russell] pourrait évidemment souhaiter", explique Robson. "Mais en discutant de tout avec lui, nous pourrions faire évoluer les priorités."

Avec Jonathan Noble