La Russie pourrait accueillir l'Iran en match amical avant la Coupe du monde

Une bannière déployée dans une tribune du Stade Loujniki de Moscou, lors du huitième de finale du Mondial 2018 entre l'Espagne et la Russie (1-1, 4-3 aux t.a.b.). (S. Stacpoole/OFFSIDE/Presse Sports)

Suspendue par la FIFA et l'UEFA après l'invasion de l'Ukraine en février dernier, la Fédération russe de football a conclu deux matches amicaux d'ici la fin de l'année, dont le premier au Kirghizistan le 24 septembre prochain. La Sbornaya pourrait ensuite accueillir l'Iran, le 15 novembre, avant la Coupe du monde.

Près de dix mois après avoir disputé sa dernière rencontre internationale en Croatie (0-1), le 14 novembre 2021, en match de qualification pour la Coupe du monde au Qatar (20 novembre-18 décembre), la sélection nationale russe va rejouer. La Sbornaya de Valeri Karpine - qui est également l'entraîneur du FC Rostov - va en effet affronter le Kirghizistan, qualifié pour la Coupe d'Asie des Nations 2023 le 24 septembre prochain à Bichkek.

Ce match ne sera probablement pas le dernier de l'année, ainsi que nous l'a appris un agent de matches FIFA, qui a tenu à conserver l'anonymat. « D'après mes informations, la Russie va également jouer face à l'Iran, le 15 novembre, et cela pourrait avoir lieu en territoire russe. Je ne sais pas si l'Iran, qui est qualifié pour la Coupe du Monde peut s'exposer à des sanctions, en affrontant les Russes. Ce que je peux vous dire, c'est que la Russie a été proposée plusieurs fois à d'autres sélections, notamment en Afrique, mais que toutes les fédérations approchées ont refusé pour ne prendre aucun risque. »

La FIFA et l'UEFA ont écarté la Russie de toutes leurs compétitions

L'armée russe a envahi l'Ukraine le 24 février dernier. Quelques jours plus tard, la FIFA et l'UEFA ont suspendu « jusqu'à nouvel ordre » toutes les sélections nationales et les clubs locaux, de toutes les compétitions qu'elles organisent.

La Russie avait été privée du barrage qualificatif pour la Coupe du monde face à la Pologne, prévu le 24 mars à Moscou, et exclue de la Ligue des nations, où elle devait affronter l'Albanie, l'Islande et Israël, dans le groupe 2 de la Ligue B. La sélection féminine avait été évincée de l'Euro en Angleterre en juillet dernier et remplacée par le Portugal, qui s'était incliné contre les Russes en barrage. Les clubs sont également concernés par cette suspension, et n'ont pas pris part aux compétitions européennes 2022-2023(le Spartak Moscou, engagé en Ligue Europa à l'annonce des sanctions, avait également été exclu).

La Fédération russe, qui avait évoqué « une mesure discriminatoire », avait contesté, comme les clubs qualifiés pour les Coupes d'Europe 2022-2023, cette suspension devant le Tribunal Arbitral du Sport (TAS). Mais la juridiction basée à Lausanne (Suisse) avait validé la décision de l'UEFA.

lire aussi

Toute l'actu sport liée à la Guerre en Ukraine