Sébastien Grosjean après l'élimination en Coupe Davis : « Une semaine cauchemar »

Sebastien Grosjean et Richard Gasquet à Hambourg. (P. Lahalle/L'Équipe)

Alors que se déroule samedi un France-Belgique qui compte pour du beurre, Sébastien Grosjean, le capitaine de l'équipe de France, tire un premier bilan de la Coupe Davis. Les Bleus ont été éliminés dès la phase de poule, battus par l'Allemagne et l'Australie.

« Qu'est-ce que ça fait de disputer une rencontre qui ne présente aucun intérêt sportif ?
C'était une semaine cauchemar. Sur trois des quatre matches perdus face à l'Allemagne et l'Australie, on est tout proches. On a tout donné, ça ne nous a pas souri. Avec le match serré de vendredi Belgique - Allemagne, on n'était pas loin de disputer face aux Belges une rencontre qui comptait. Maintenant, ça reste l'équipe de France. Il faut honorer le maillot. Lorsqu'on met le maillot, tout compte. Les Belges aussi feront le job. Il faut se remobiliser.

Cette journée-là n'est-elle pas le symbole de l'ineptie du format ?
Il y a des rencontres qui comptent parce qu'on est des compétiteurs. Ça reste une compétition importante. Une fois qu'on rentre sur le terrain, c'est pour aller chercher la victoire.

« Il y a une marge de progression chez nos joueurs. C'est une nouvelle génération, il faut les accompagner pour progresser »

Quel bilan sportif en tirez-vous ? C'est la deuxième fois qu'on n'est pas qualifié pour les quarts de finale. En tournois individuels, ça ne sourit pas vraiment non plus...
Pour que l'équipe soit plus forte, il faut que tout au long de l'année, individuellement, on progresse. En simple et en double. Il y a une marge de progression chez nos joueurs. C'est une nouvelle génération, il faut les accompagner pour progresser au classement et gagner des matches importants.

Passer une semaine devant des tribunes vides...
J'ai déjà répondu à cette question. Les rencontres sans le pays hôte, c'est difficile, on le sait, ça ne sert à rien d'y revenir. Je le redis, on est là pour l'équipe de France. C'est comme ça. J'ai joué l'ancien format, si vous avez envie de me faire dire que le format d'avant, c'était exceptionnel, tout le monde le sait.

Pourquoi on n'y reviendrait pas, face à une sorte d'évidence ?
Il y a des instances qui travaillent là-dessus. Il y a une volonté en tout cas de chercher la bonne formule. En tout cas, on voit partout des matches accrochés, ça prouve que les joueurs donnent le maximum. »

lire aussi

L'actualité du tennis