Sébastien Ogier remporte un neuvième succès au Rallye Monte-Carlo

Ogier a dominé le Monte-Carlo du début à la fin. (T. Fenetre/DPPI via AFP)

Sébastien Ogier (Toyota) s'est imposé dimanche au Rallye Monte-Carlo, devant le champion du monde en titre Kalle Rovanperä (Toyota) et Thierry Neuville (Hyundai). C'est le neuvième succès du Français sur cette manche du WRC, un record qu'il détient seul désormais.

Privé de victoire l'année dernière à cause d'une crevaison le dimanche matin dans l'avant-dernière spéciale du Rallye Monte-Carlo, Sébastien Ogier avait vu son compatriote Sébastien Loeb s'imposer, et le rejoindre au palmarès avec huit victoires. Mais l'octuple champion du monde a repris l'avantage ce week-end en ajoutant un neuvième succès après avoir dominé l'épreuve de la première à la dernière spéciale. Ses adversaires, Kalle Rovanperä (Toyota) et Thierry Neuville (Hyundai) en tête, n'ont pas été en mesure de rivaliser sur la longueur du rallye.

lire aussi : Les résultats des spéciales

Ogier a donc pris les commandes dès jeudi soir sur les pentes du Turini, de nuit. Il a enchaîné vendredi en signant les trois premiers scratches de la journée, portant ainsi son avance à plus de 30 secondes. Une fois l'écart creusé, il est plutôt passé en mode gestion, très attentif aux risques de crevaison, notamment dans les spéciales avec de nombreuses épingles samedi. Cette prudence a permis à Rovanperä, à l'attaque sur un terrain dont il n'est pas très fan, de remonter à 16" avant les quatre dernières spéciales de dimanche.

Neuf scratches sur 18 pour OgierMais Ogier était bien le plus fort sur ces routes quasiment totalement sèches pendant quatre jours, pour un Monte-Carlo assez atypique où la gestion des pneus tendres a été un facteur à prendre en compte. Deux nouveaux scratches, dimanche matin, dans les ES15 et 17 ont définitivement mis fin au suspense, et le Français a fini les 325,02 km avec 18''8 d'avance (neuf scratches sur 18 spéciales).

lire aussi : Le classement des pilotes

Rovanperä et Neuville se sont donc battus pour les places d'honneur sur le podium au côté d'Ogier, mais aussi pour la première place du Championnat puisque le Français ne fera, comme l'an dernier, qu'un programme partiel. Et c'est le Finlandais qui a pris le meilleur sur le Belge, pour 25''9, et a également marqué plus de points dans la Power Stage (5 contre 2). Un Neuville qui n'a pas ménagé ses efforts et qui semblait clairement frustré par le potentiel de sa i20 N Rally1. Le nouveau patron de l'écurie, Cyril Abiteboul, intronisé ce week-end, a du pain sur la planche pour relancer totalement Hyundai vers les sommets.

Le Gallois Elfyn Evans aurait pu, aurait dû même, se mêler à la lutte pour le podium, voire titiller Ogier, s'il n'avait pas crevé dans l'ES5 et perdu 40 secondes environ. Un coup du sort qui l'a relégué à la 4e place, à 1'12''4 du vainqueur. Quant à Ott Tänak (Ford M-Sport, 5e à 2'34''9), Takamoto Katsuta (Toyota, 6e à 3'32''6), Dani Sordo (Hyundai, 7e à 3'47''5) et Esapekka Lappi (Hyundai, 8e à 3'51''4), trop lents ou handicapés par des problèmes mécaniques, ils n'ont eux jamais été en mesure de se battre pour le podium.

lire aussi : Le classement des constructeurs

Gryazin s'impose en WRC2Enfin, Pierre-Louis Loubet (Ford M-Sport), a enchaîné les galères avec sa Puma : une panne de direction assistée vendredi après-midi, une suspension abîmée après une touchette sur un pont dès la première spéciale de samedi, et enfin des problèmes de frein à main et de pompe à eau dimanche matin. Le Français n'a finalement pas vu l'arrivée du premier rallye de son programme complet avec l'écurie britannique.

En WRC2, Nikolay Gryazin (Skoda Fabia) a largement dominé les débats, comme Ogier dans la catégorie supérieure, jusqu'à une crevaison dans la dernière spéciale de samedi, qui a relancé le suspense. Mais le Russe a tenu bon jusqu'au bout et devance à l'arrivée à Monaco Yohan Rossel (Citroën C3) de seulement 4''4 et l'Espagnol Pepe Lopez (Hyundai i20) de 1'10''7. Adrien Fourmaux (Ford Fiesta) a pris la 5e place à 1'56"4 pour son retour dans la catégorie, et Stéphane Lefebvre (Citroën C3), en lice pour un podium, a tout perdu dans une crevaison dimanche matin. Il termine 9e à 5'40"5.

lire aussi : Le calendrier de WRC