Sachsenring, Assen et KymiRing sont officiellement annulés

Léna Buffa
motorsport.com

Les organisateurs des Grands Prix d'Allemagne, des Pays-Bas et de Finlande avaient eux-mêmes communiqué sur l'impossibilité de tenir leur épreuve à la date prévue, et l'officialisation est désormais parvenue de la part des instances dirigeantes. Programmées entre mi-juin et mi-juillet, ces trois manches devaient initialement être les dernières de la première partie du championnat, avant la pause estivale censée être rompue par le rendez-vous de Brno, début août, et celui-ci devient donc désormais le premier Grand Prix encore résistant sur l'agenda original.

L'annonce faite ce matin par la Fédération internationale de motocyclisme acte toutefois que les trois épreuves concernées ne seront pas reportées, mais qu'elles sont définitivement annulées pour 2020. C'est la première fois qu'une telle décision est prise depuis le Grand Prix du Qatar, qui devait avoir lieu le premier week-end de mars, tous les autres rendez-vous ayant été reportés, soit à l'automne soit à une date restant à définir. Il est néanmoins clair désormais que le calendrier devra être revu, et chaque date confirmée ou repensée, lorsque la reprise des compétitions sera possible.

Lire aussi :

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Coronavirus - Le point sur le bouleversement des calendriers

Avancé cette année à la mi-juin, le Grand Prix d'Allemagne va manquer au calendrier pour la première fois depuis son accession au Championnat du monde en 1952. Situé à l'est du pays, le Sachsenring accueille le MotoGP sans interruption depuis 1998 et a prouvé ces dernières années sa popularité, notamment en étant la troisième plus forte fréquentation de la saison 2019 avec 201'162 spectateurs payants, conquis par la suprématie de Marc Márquez sur place.

Avec 167'500 spectateurs, Assen était neuvième au classement des Grands Prix ayant attiré le plus de public en 2019, mais il s'agit surtout de l'épreuve la plus emblématique du championnat, la seule à être rescapée de la toute première saison, en 1949. La Cathédrale de la moto ne livrera pas cette année ses courses si spectaculaires, sauf si le rendez-vous du WorldSBK sur place est maintenu. Déjà reporté à fin août, il devra toutefois être reprogrammé si l'on en croit l'interdiction des grands rassemblements mise en place dans le pays jusqu'au 31 août.

Le Grand Prix de Finlande devait quant à lui faire son retour au calendrier pour la première fois depuis 1982, seule nouveauté que comportait l'agenda cette année. Comme pour les épreuves du Sachsenring et d'Assen, la décision de son annulation s'inscrit dans la lignée des mesures gouvernementales, doublée par ailleurs par l'impossibilité d'homologuer pour le moment le KymiRing, nouveau circuit sorti de terre à une centaine de kilomètres de la capitale, Helsinki.

Carmelo Ezpeleta, PDG de Dorna Sports, a fait part de sa "grande tristesse" à l'annonce de ces trois annulations pour des Grands Prix "importants" au calendrier du MotoGP. "Au nom de la Dorna, je tiens à remercier tous les fans pour leur compréhension et leur patience, alors que nous attendons que la situation s'améliore. Nous sommes très impatients de retourner au Sachsenring et sur le TT d'Assen en 2021, et nous attendons impatiemment les débuts du Grand Prix qui se tiendra sur le nouveau KymiRing la saison prochaine", commente le responsable espagnol.

Onze des 20 Grands Prix initialement prévus cette saison ont désormais été annulés ou reportés, faisant de 2019 le championnat le plus tardif qu'aient connu les Grands Prix mondiaux. Si le nombre de manches que comptera la saison reste pour l'heure très flou, ce devrait là aussi être un cru historiquement faible depuis les années 1960, voire 1950.

Lire aussi :

Les saisons les plus courtes et les plus tardives des GP moto

À lire aussi