Sainz est à l'attaque, Al-Attiyah patiente

Basile Davoine

Vainqueur de la troisième étape avec 3'48 d'avance sur a remporté le duel entre les deux hommes autour de Neom. Pour le vétéran espagnol, le goût de la victoire est apprécié, après deux étapes qui l'avaient laissé sur sa faim tout en lui permettant de jouer placé au classement général. Un classement général dont il occupe désormais la tête avec 4'55 de marge sur la Toyota du tenant du titre.

#300 Toyota Gazoo Racing: Nasser Al-Attiyah, Matthieu Baumel

#300 Toyota Gazoo Racing: Nasser Al-Attiyah, Matthieu Baumel <span class="copyright">Red Bull Content Pool</span>
#300 Toyota Gazoo Racing: Nasser Al-Attiyah, Matthieu Baumel Red Bull Content Pool
Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Red Bull Content Pool

Sur le Dakar, victoire d'étape et leadership comportent aussi le revers de la médaille, à savoir l'obligation d'ouvrir la route le lendemain. Dans ces conditions, Carlos Sainz s'attend à souffrir mercredi au volant de son buggy Mini, mais il accepte le jeu et n'échangerait sa position actuelle pour rien au monde.

"Nous allons souffrir, ils vont nous rattraper, mais tant que nous ne perdons pas trop de temps… il y a encore beaucoup à faire", rappelle-t-il. "L'important, c'est de faire défiler les jours et de rester devant. On l'a déjà vu ici, dans ce Dakar, on peut très facilement perdre dix minutes d'un endroit à l'autre. Nous devons donc être prudents, il n'y a que trois jours de passés, mais c'est clairement mieux d'être devant que derrière."

L'Espagnol pourrait toutefois être bien inspiré de tenter de creuser l'écart à la moindre opportunité, car derrière lui, Nasser Al-Attiyah revendique le fait d'être encore davantage dans la gestion que dans la quête d'un gros écart. Perturbé par les crevaisons à répétition dimanche et lundi, le pilote Toyota a cette fois connu moins de heurts mais demeure aux aguets.

"On a fini l’étape et c’est très bien", résume-t-il aujourd'hui. "On est deuxième et c’est une bonne journée, nous avons eu une crevaison en heurtant une grosse pierre, mais tout va bien. Nous sommes deuxièmes au classement général, et c’est une bonne position. Demain, nous serons derrière Carlos pour démarrer la spéciale et c’est plutôt bien. J’attends la deuxième semaine pour attaquer. C’est là qu’il y aura des dunes."

Propos recueillis par Sergio Lillo  

À lire aussi