Sainz a du boulot mais n'a pas dit son dernier mot

Basile Davoine
·3 min de lecture

Quoi de mieux qu'une victoire pour apaiser une colère ? C'est la meilleure recette que pouvait trouver après avoir eu maille à partir avec une navigation complexe cette semaine sur le Dakar. Vainqueur dimanche dernier de la première étape, le tenant du titre a perdu beaucoup de temps par la suite mais à la veille de la journée de repos, il a empoché un deuxième succès et réduit un tant soit peu l'écart sur les leaders.

Alors que l'Espagnol et son copilote . "L'étape d'aujourd'hui était plus sur du sable et des pistes sablonneuses, donc pas trop difficile en termes de navigation", admet Sainz ce vendredi. "Il n'y avait pas beaucoup de zones où l'on pouvait se perdre. Tout s'est bien passé. Nous n'avons pas eu de problème. Nous avons eu un bon rythme et nous sommes heureux d'avoir fait au moins une étape propre."

#302 X-Raid Mini JCW Team: Stéphane Peterhansel, Edouard Boulanger

#302 X-Raid Mini JCW Team: Stéphane Peterhansel, Edouard Boulanger<span class="copyright">X-raid</span>
#302 X-Raid Mini JCW Team: Stéphane Peterhansel, Edouard BoulangerX-raid

X-raid

Pour l'heure, le Dakar demeure un duel qui attend l'éventuel retour d'un troisième homme pour le perturber. Peterhansel et Al-Attiyah ne se lâchent pas d'une semelle et l'écart reste stable, autour de six minutes, entre deux des prétendants à la victoire finale. Globalement satisfait de sa première semaine, le Qatari était toutefois déçu de ne pas avoir fait la différence hier et aujourd'hui, sur deux étapes clés qu'il avait cochées. "Nous avons eu deux crevaisons aujourd’hui", déplore-t-il. "Comme l’année dernière, les pneus ne nous aident pas, je suis déçu. Mais nous sommes encore là, en deuxième position, et la semaine prochaine nous ferons de notre mieux. C’était une semaine difficile pour tout le monde, beaucoup ont fait des erreurs mais nous avons été chanceux, nous n’en avons pas commis de trop grosses."

Cette avance dont dispose Peterhansel, précisément de 5'53, le Français l'apprécie à sa juste valeur mais n'y voit évidemment rien de définitif. "C'est rien, c'est rien… Avec un énervé derrière comme Nasser, ça peut fondre en moins de deux", prévient-il avant de tirer un bilan positif de sa première semaine. "Je crois qu'on peut dire qu'on a fait une belle semaine. En fait, on n'a pas fait beaucoup d'erreurs, ce sont vraiment des toutes petites erreurs de navigation qui nous font perdre vingt secondes, trente secondes, une minute… À part hier, effectivement, où l'on s'est perdu pas mal, un peu comme tout le monde à vrai dire. Mais on se retrouve bien placé parce qu'on a été assez régulier, on n'a pas perdu pied dans les endroits compliqués."

"Il y a deux moments qui ne m'ont pas trop plu. Il y a eu le Prologue, où je n'étais pas dans le rythme, pas encore réveillé, ou trop prudent. Et puis hier aussi, quand on s'est perdu, avec l'impression que la montre tourne et que les minutes passent sans qu'on trouve la solution. Ce que j'ai aimé, c'est la collaboration avec Édouard [Boulanger, son copilote], c'est le premier vrai rallye que l'on fait [ensemble]. C'est un plaisir de l'avoir à côté, en termes de navigation, ça se passe bien."

Le point sur le Dakar

Pilote

Auto

Temps

1

France

S. Peterhansel

Mini

22h14'03

2

Qatar

N. Al-Attiyah

Toyota

+5'53

3

Spain

C. Sainz

Mini

+40'39