Sainz salue "l'environnement sain" de McLaren, où il s'est épanoui

Benjamin Vinel
·2 min de lecture

Sur les deux dernières saisons de Formule 1, un seul pilote a dépassé la barre des 200 points sans courir pour Mercedes, Ferrari ou Red Bull. Il s'agit de , auteur de performances remarquables avec McLaren : deux podiums (à un souffle de la victoire à Monza), 17 arrivées dans le top 6 (soit 45% de réussite), et la sixième place du championnat des pilotes à deux reprises.

Carlos Sainz Jr., McLaren MCL35, dans les stands

Carlos Sainz Jr., McLaren MCL35, dans les stands<span class="copyright">Steven Tee / Motorsport Images</span>
Carlos Sainz Jr., McLaren MCL35, dans les standsSteven Tee / Motorsport Images

Steven Tee / Motorsport Images

Ne pas avoir à craindre pour son avenir a été particulièrement bénéfique à Sainz, indique pour sa part l'Espagnol : "Je ne sous-estimerais pas le soutien que m'a apporté tout le management, et l'effet que cela a sur un pilote. Ayant eu cette sécurité [de garder ce baquet] pendant deux ans, je n'avais pas l'impression qu'une séance qualificative allait changer toute ma carrière. Je n'ai jamais senti la pression s'accroître. Je n'ai jamais ressenti la nécessité d'obtenir un résultat. Cela montre juste qu'un bon esprit et une bonne cohésion d'équipe, ainsi qu'un environnement sain, sont toujours importants pour un athlète."

Un bon exemple de l'ambiance manifestement saine qui règne chez McLaren est, d'après les principaux intéressés, le Grand Prix d'Australie 2019, le premier de Sainz chez McLaren. Il n'y a pris que la 18e place en qualifications quand son coéquipier Lando Norris atteignait la Q3 pour ses débuts.

"J'ai croisé [Sainz] après les qualifications, je lui ai dit : 'Je sais que tu étais dans un super tour, tu as juste été pris au piège'", se souvient Brown. "Je lui ai immédiatement dit : 'Mec, tu es génial, nous savons tous ce qui s'est passé'. Il m'a répondu : 'J'apprécie vraiment ce que tu me dis – d'habitude, personne ne vient me dire ça'."

Sainz précise : "J'étais vraiment rapide tout le week-end, j'étais très à l'aise avec la voiture, puis soudain j'ai eu du trafic en fin de Q1 et j'ai été éliminé, ce qui m'a incroyablement frustré. Mais dès que les qualifications se sont terminées, je savais que je pilotais bien et j'avais juste besoin de quelques bons commentaires de mes patrons et de tout le monde pour me remonter le moral. Ainsi, le lendemain, j'avais tourné la page. C'est un bon exemple de comment fonctionne un bon esprit d'équipe, et comment gérer une écurie par le management."

Propos recueillis par Luke Smith