La saison 2020 de F1 a cartonné sur Canal+

Fabien Gaillard
·2 min de lecture

Malgré une saison grandement perturbée par la pandémie de COVID-19, la Formule 1 a réalisé sur Canal+, qui diffuse la discipline en France quasi exclusivement depuis 2013, d'excellents scores. Ainsi, sur les courses du dimanche après-midi, le nombre moyen d'abonnés devant la télé est de 962 000, soit une hausse de 27% par rapport à l'an passé.

Le record de la campagne correspond au Grand Prix de Bahreïn, le 29 novembre dernier, avec 1,18 million de téléspectateurs en moyenne devant leur écran. Ce chiffre doit bien entendu beaucoup à l'accident effroyable de Romain Grosjean au moment du premier départ, dans lequel la Haas du pilote français a violemment percuté les rails de sécurité puis s'est coupée en deux, avec l'avant de la monoplace encastré dans le rail lui-même. Malgré cela, Grosjean avait pu se dégager de l'épave en flamme, aidé par les secours rapidement intervenus.

Lire aussi :

Vers davantage de GP nocturnes en F1 grace à un nouveau système

Le pic d'audience appartient en revanche à une autre course, là encore impliquant un Français. Il s'agit bien entendu du GP d'Italie du 6 septembre à Monza, une épreuve remportée par Pierre Gasly sur AlphaTauri et qui mettait fin à 24 années sans victoire d'un pilote tricolore en Formule 1. Le dernier tour de la course a ainsi été suivi par 1,24 million d'abonnés.

Le Grand Prix de Sakhir, qui a été marqué par le remplacement de Lewis Hamilton, touché par le COVID-19, par George Russell chez Mercedes, par la victoire surprise de Sergio Pérez pour Racing Point et par le premier podium du troisième français de la grille, Esteban Ocon, a réuni quant à lui 1,06 million de personnes.

Le succès de la F1 sur les antennes de Canal+ contraste avec les relatives déceptions des chiffres du football, notamment. Outre les performances et les incidents impliquant les pilotes français, la discipline a certainement bénéficié à la fois de sa popularisation liée à la série Netflix "Drive to Survive" mais également, dans le contexte d'une année difficile pour le sport mondial, d'avoir été l'une des premières compétitions internationales d'ampleur à reprendre, avec un début de saison en juillet en Autriche.