Salaires, pertes financières, contrats, le gros chantier des clubs de Ligue 1

RMC Sport

Le gouvernement a publié son nouveau décret ce jeudi concernant les nouvelles modalités du chômage partiel, appelé désormais activité partielle. La majorité des clubs de Ligue 1 ont décidé, depuis le début du confinement en période de coronavirus, de mettre leurs joueurs en chômage partiel. Amiens, Nîmes, Reims, Nice, Bordeaux, l'OL, l'OM, Angers et Monaco ont été rejoints depuis par Montpellier, Dijon, Metz et Brest, et depuis 24 heures par Lille et Rennes. Les autres, comme Strasbourg et le PSG, se sont positionnés pour la fin de ce mois de mars. Nantes et Saint-Etienne l’ont annoncé, mais n’ont pas encore communiqué la date du début de la période, tout comme Toulouse qui attend la fin de la période de congés décrétée pour ses joueurs jusqu’au 31 mars prochain.

L'attente du bulletin de salaire de mars

"On va attendre de voir à quoi vont ressembler les feuilles de paie des joueurs sur ce mois de mars pour savoir comme cela va se traduire financièrement pour eux, dans la mesure où tous les clubs ne l’ont pas décidé au même moment", précise un avocat conseiller de plusieurs joueurs à RMC Sport. Car il faudra tenir compte de l’aménagement de cette activité partielle sur une période donnée. Dans les textes, le joueur touchera 84 % de son salaire net.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

En clair, prenons un mois entier pour être plus précis: le club va verser 70 % du salaire brut sous forme d’indemnités, ce que l’on appelle l’allocation...

Lire la suite sur RMC Sport

A lire aussi

À lire aussi