Vers un salary cap à 25 M€ pour les pilotes F1 à partir de 2023

Fabien Gaillard
·2 min de lecture

Les sommes restent encore à finaliser mais le projet est de restreindre les salaires combinés des deux pilotes à un total de 30 millions de dollars (25,5 millions d'euros au taux de change actuel). Cela pourrait par exemple se traduire par un pilote qui toucherait 20 millions et l'autre 10. Une telle configuration pourrait également s'étendre aux salaires combinés des trois employés les mieux payés hors pilotes, qui comprennent souvent le directeur de l'écurie ainsi que le directeur technique.

Ce plan entre dans le cadre d'un effort de la discipline pour réduire encore ses dépenses dans une période d'incertitude pour l'avenir liée à la pandémie de COVID-19 et à ses conséquences, les sources de revenus étant actuellement grandement impactées et ce pour les années à venir. Pour rappel, la Formule 1 s'est dotée d'un Règlement Financier qui entrera en vigueur l'année prochaine et imposera un plafond de dépenses de 145 millions de dollars (132 millions d'euros selon le texte du règlement au moment de sa dernière version, en mai).

Lire aussi :

La FIA finalise les changements de règles pour le GP réduit d'Imola

Toutefois, les salaires des pilotes et des trois employés les mieux payés font partie des exclusions et n'entrent pas dans le cadre des dépenses limitées. Cela n'a donc pas empêché les écuries dans leur ensemble d'accepter qu'il fallait également les restreindre.

Ce projet a été discuté et voté lors de la Commission F1 de ce lundi, où tous les directeurs d'écuries l'ont approuvé. Désormais, il va falloir le finaliser et se mettre d'accord sur les détails afin de présenter un plan final qui pourrait être validé par le Conseil Mondial du Sport Automobile et ainsi être intégré à la réglementation.

Il semble toutefois que tout contrat de longue durée qui serait conclu entre aujourd'hui et 2023, date potentielle d'entrée en vigueur de ces limitations, devra être honoré aux conditions décidées au moment de sa conclusion, pour des raisons évidemment liées au droit du travail. Ainsi, cela laisserait une fenêtre de plusieurs années pour conclure un contrat de longue durée (ou prolonger un contrat existant) qui permettrait de contourner pendant un temps le salary cap.

Il est à noter que ce salary cap s'articulerait en partie avec le budget capé. En effet, les équipes pourront choisir d'aller au-delà de la limite salariale et dépenser plus que les 30 millions de dollars pour les pilotes, mais la différence entre les deux sommes sera alors automatiquement déduite du plafond de dépenses. En revanche, si une écurie dépense moins que les 30 millions en salaires de pilotes, la différence ne sera pas ajoutée au plafond de dépenses.

Côté pilotes, il sera bien entendu possible de compléter les salaires par du sponsoring personnel mais cela fait encore partie des points dont les détails n'ont pas été finalisés.

Avec Adam Cooper