San Marina : l'enseigne de chaussures placée en redressement judiciaire

Pixabay

Le tribunal de commerce de Marseille a décidé de placer en redressement judiciaire pendant six mois l'enseigne de chaussures San Marina, a indiqué jeudi 22 septembre à l'AFP l'avocat de la société, Me Bernard Bouquet. La demande formulée mardi par San Marina, qui emploie 680 personnes dans 163 magasins en France, avait été examinée ce jeudi matin à huis clos par le tribunal de commerce de Marseille, le siège de l'enseigne étant à Gémenos, dans les Bouches-du-Rhône.

Le redressement judiciaire de la société, anciennement détenue par le groupe Vivarte, est prononcé jusqu'au 22 mars 2023, a précisé à l'AFP Me Bouquet confirmant une information de la télévision France 3 Provence. Le tribunal de commerce n'était pas joignable en soirée pour confirmer cette information, un des représentants du CSE indiquant pour sa part ne pas être au courant de la décision prononcée.

San Marina avait affirmé mardi subir le contrecoup de l'arrêt de la Cour de cassation qui a contraint, en juin dernier, les commerçants dits non essentiels et qui avaient dû garder porte close lors du confinement du printemps 2020, à payer leurs loyers. L'entreprise, qui avait été cédée début 2020 par Vivarte à Stéphane Collaert, avait déjà annoncé au printemps 2022 un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) "portant sur 152 postes sur 680" et "l'adaptation de son parc de magasins".

Au moment de l'entrée en négociations avec Vivarte, il était question de 230 magasins, l'enseigne en revendiquait 163 mardi. La direction, qui (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Rodolphe Belmer nommé à la tête de TF1
La startup américaine Boom présente le design définitif de son avion supersonique
CAC 40 : la Bourse s'inquiète de l'envolée des taux et des élections en Italie
737 MAX : accusé de tromperie envers ses investisseurs, Boeing passe de nouveau à la caisse
Prix de l'énergie : l'aciérie Ascoval diminue de moitié sa production