Sandrine Soubeyrand (Paris FC) : « On sait qu'on va être attendues »

Sandrine Soubeyrand et le Paris FC veulent lutter cette saison encore pour la Ligue des champions. (A. Réau/L'Équipe)

Sandrine Soubeyrand, l'entraîneur du Paris FC, qui se déplace ce vendredi après-midi (18h30) à Fleury pour le compte de la 2e journée de D1, espère que son équipe jouera le haut de tableau comme la saison passée.

Troisième de D1 la saison passée, le Paris FC se déplace ce vendredi (coup d'envoi à 18h30) sur le terrain du FC Fleury, qui avait terminé à la 4e place la saison dernière, pour le choc de la 2e journée qui comptera dans la course au podium. Après une saison réussie, le PFC n'est pas parvenu à se qualifier pour la Ligue des championnes, barré par la Roma (0-0, 4-5 t.a.b.) au premier tour de qualification pour la C1. Mais Sandrine Soubeyrand, l'entraîneure du Paris FC, espère bien que son équipe bataillera encore pour le podium et ne s'interdit surtout pas de regarder plus haut au classement.

lire aussi

Le classement de la D1 Arkema

Peut-on parler d'une sorte de renaissance de l'équipe avec cette troisième place que vous avez acquise la saison dernière à trois points seulement du PSG, deuxième ?
Cela s'est traduit l'année passée par la troisième place, mais depuis que je suis au club, il y a toujours eu une dynamique plutôt positive. Il a fallu construire une équipe qui me correspondait. Cela prend un peu de temps. On a toujours dit qu'on allait essayer d'atteindre le sommet, de lutter avec les équipes qui étaient devant nous pour se rapprocher de plus en plus de la première ou de la deuxième place. On est toujours dans ce projet-là, avec chaque année la volonté d'améliorer l'effectif et de le bonifier en recrutant plutôt des joueuses françaises. On ne s'interdit pas non plus de prendre des étrangères mais on voulait faire en sorte que nos jeunes joueuses qu'on a au sein du club puissent émerger avec la D1.

Pour quelles raisons les résultats ont-ils été au rendez-vous selon vous ?
C'est un tout. Quand il y a une performance, il y a des facteurs multiples. Il faut la regarder sous plusieurs angles. Pour construire une équipe, il faut du temps. Il faut avoir des automatismes. J'avais des joueuses à fort potentiel, comme Clara (Mateo), qui manquaient un peu de maturité. D'autres manquaient d'expérience en D1. L'amalgame des plus anciennes, des joueuses à fort potentiel devenues des internationales telles que Clara, et d'autres qui pourraient potentiellement prétendre à au moins être vues en équipe nationale, des jeunes joueuses et aussi des recrues qu'on a fait venir sur les deux dernières années, nous ont permis de performer. Au foot, on n'est pas très patient, on pense que dès qu'on recrute, ça va matcher, mais ce n'est pas si évident que cela au quotidien.

lire aussi

Le calendrier de la D1 Arkema

Il y a quelques années, le club était régulièrement en Ligue des champions, se battait pour le titre. L'objectif peut-il vraiment être de prétendre à nouveau à cela ?
Il faut toujours avoir l'ambition de viser très haut. J'aimerais bien qu'on puisse rivaliser avec Lyon. Mais il faut être conscient des moyens alloués à la section féminine de l'OL avec quasiment les meilleures joueuses à leur poste entre les Françaises et les étrangères. Ils ont une équipe qui fait rêver pas mal de monde. Nous, on ambitionne de finir le plus haut possible. Si c'est la troisième place, c'est très bien. Second, premier, c'est un peu une utopie, mais c'est ce vers quoi on tend. On s'inspire de ce genre de club mais on fait avec ce qu'on a. On a des moyens intéressants au Paris FC, mais on n'a pas ceux de l'OL ou du PSG. Comme beaucoup d'équipes, chez les garçons, n'ont pas les moyens du PSG, mais essayent de rivaliser. Il faut des locomotives pour le football féminin, il faut aussi se servir de ce qu'on a vécu en Ligue des champions.

Sur quoi allez-vous vous appuyer pour lutter à nouveau pour cette troisième place ?
Quand on recommence, soit on se dit c'était bien et on reste dans le passé. Soit on se dit, qu'on a envie de faire mieux. L'objectif est de faire mieux. Il faut déjà faire au moins aussi bien. On a fait très peu de faux pas, on a laissé très peu de points en route la saison dernière, on sait que cela va être compliqué, qu'on va être attendues. La stratégie ne sera pas tout à fait la même dans le jeu, dans ce qu'on proposera. On sait qu'on va devoir redoubler d'effort. Quand vous avez fini troisième et que vous êtes allés en Ligue des champions, tous les potentiels adversaires qui visent la 3e place ont envie de vous battre. C'est un vrai défi, c'est à la fois excitant, on sait qu'on va être attendues. J'attends des joueuses un autre statut. L'objectif est de pérenniser le projet, essayer de faire deux fois de suite troisième, ce serait pas mal. »

lire aussi

Toute l'actualité du football féminin