Scènes d’émeute à l'AccorHotels Arena pour le concert de Jul

Cyprien TardieuJournaliste Yahoo Sport

Des pseudo-supporters du PSG ont tenté de gâcher la fête pour le concert du rappeur Jul, supporter de l’OM, à l'AccorHotels Arena.

Jul (Photo by BORIS HORVAT / AFP)
Jul (Photo by BORIS HORVAT / AFP)
Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Le rappeur marseillais Jul était à Paris à l'AccorHotels Arena pour rencontrer ses fans parisiens. Mais la fête a été gâchée par une poignée d’imbéciles. Des scènes d'émeutes ont été observées à l’entrée et à l‘intérieur de la salle de spectacle parisienne avant, pendant et après le concert le mercredi 13 novembre, quatre ans après les attentats qui ont ensanglanté Paris et endeuillé la France. Présente sur place, Chloé nous a livré son témoignage. “Vers 19h, il y a eu une émeute à l’extérieur. Une trentaine de personnes a commencé à allumer des fumigènes. Ils ont cherché à forcer le passage. Ce qu’ils n’ont pas eu à faire puisqu’ils sont rentrés dans la salle comme dans du beurre.” Plusieurs personnes ont été tabassées et ont eu le crâne en sang selon les témoignages recueillis.


Gabrielle, 15 ans, qui était au concert avec une copine abonde dans ce sens. “Avant le concert, j’étais avec une copine qui portait le maillot de l’OM. Elle se sont fait interpeller par des mecs qui lui ont dit ‘Ici, c’est Paris, on n’est pas à Marseille’. Vous avez de la chance d’être des filles. Sinon, on vous aurait éclatées”, explique-t-elle.

Pendant le concert, Jul s’est même plaint d’avoir reçu un projectile dans l’oeil.

“Plus personne ne pouvait rentrer”

“Ils étaient au moins 50, habillés en noir et cagoulés. Nous avons réussi à rentrer 5 minutes avant le concert. Puis, au moment où ça a commencé, ils sont au moins 30 à avoir forcé l’entrée en courant dans la fosse, fumigène à la main qu’ils n’ont pas hésité à balancer au milieu de la foule”, relate Thomas, un autre spectateur présent sur place. “A ce moment-là, un ami à moi à l’extérieur m’appelle et me dit qu’ils ont verrouillé les portes. Plus personne ne pouvait rentrer soit environ 300 personnes avec des billets qui ont dû rentrer chez eux (…) Ils se sont déplacés en groupe en poussant tout le monde pour pouvoir récupérer les écharpes, drapeaux et maillots de l’OM sans hésiter à mettre des coups s’il le fallait.”

Dans la salle, les fans de Jul ont aussi pu apercevoir une banderole anti-OM “Marseille not welcome” retirée par les stewards. Les spectateurs présents sur place parlent d’un “gros bordel” dans la fosse, de plusieurs vols de téléphones mais aussi d’une “chasse aux Marseillais” à la fin du concert.


Joints par notre journaliste Ambre Godillon, le Collectif Ultras Paris (CUP) et ses leaders nient toute implication ou revendication dans ces évènements. Les jeunes individus auteurs des actes seraient, toutefois et en partie, bien issus d’un groupe membre du Collectif Ultras Paris, qui auraient décidé de ces exactions de leur propre chef.

Selon plusieurs témoignages recueillis par la rédaction de Yahoo, un groupe venu d’Aulnay-sous-bois (93) aurait également participé aux violences commises à l’intérieur de la salle.

A noter qu’au moment des faits, le CUP, était lui réuni sur la place de la République, à Paris, pour rendre hommage aux victimes du 13-novembre 2015, comme ils le font chaque année.


David Aiello, Ambre Godillon et Cyprien Tardieu

À lire aussi