Schwantz s'attendait à une "procession" de Quartararo en 2020

Vincent Lalanne-Sicaud
·4 min de lecture

dominerait la saison après avoir remporté les deux manches de Jerez, qui ouvraient le championnat, deux rendez-vous également marqués par la blessure puis le retour manqué de Marc Márquez, vainqueur du titre six fois au cours des sept saisons précédentes.

Quartararo a mené le championnat une grande partie de l'année mais il a payé son inconstance, ne montant sur le podium qu'à l'occasion de ses trois succès, et une fin de saison calamiteuse, avec une huitième place comme meilleur résultat lors des six derniers Grands Prix au programme. Schwantz s'étonne de cette méforme, qui a touché tous les pilotes bénéficiant de la Yamaha d'usine, et il espère un rebond en 2021.

<span class="copyright">Motorsport.com</span>
Motorsport.com

Motorsport.com

À l'inverse, Joan Mir a été le pilote le plus solide au cœur de la saison, avec sept arrivées dans le top 4 sur les huit courses disputées entre le Grand Prix d'Autriche, qui l'a vu décrocher son premier podium en MotoGP, et le Grand Prix d'Europe, où il s'est imposé pour la première fois. Kevin Schwantz voit dans les résultats du Champion 2020 le signe d'une saison bien gérée car même si l'absence de Marc Márquez a ouvert une opportunité, le contexte restait difficile en raison d'un calendrier remodelé au rythme soutenu.

"La maturité qu'il a montrée cette saison lui a permis de décrocher le titre", estime l'Américain, rappelant que "de nombreux prétendants" n'ont pas affiché la même régularité au premier plan. "Yamaha a eu des soucis sur son moteur, sans ça [Maverick] Viñales aurait un peu plus été dans la lutte. Márquez aurait probablement été un candidat sans sa blessure à la première course. Beaucoup d'autres... Son équipier, [Álex] Rins, a gagné. S'il ne s'était pas blessé à la première course, il serait resté dans la lutte plus longtemps."

"C'est la course. Il faut être le plus intelligent tous les week-ends. Il faut prendre le plus de points possibles et à la fin de la saison, celui qui a le plus de points gagne. Il n'y a rien à lui enlever dans ce championnat. C'était une année étrange : oui, avec le COVID, l'absence des supporters, tout qui a commencé tard, l'enchaînement de courses sur le même circuit, les week-ends à la suite... Mais vous savez, il a fait autant de courses que tous les autres et il a plus de points. Il a gagné et je pense que Joan le méritait cette année."

Lire aussi :

Joan Mir fier de son parcours de gros bosseur Joan Mir veut progresser pour affronter Marc Márquez en 2021

Les circonstances ont obligé les pilotes à bouleverser leurs habitudes et pour Schwantz, Mir a su tirer son épingle du jeu : "Joan a gardé la tête sur les épaules et il a fait du beau boulot," résume celui qui a été le premier à conquérir un titre mondial au guidon d'une Suzuki. Par expérience, il sait qu'en glaner un second est une tâche encore plus ardue, d'autant plus que dans le cas de Mir, les attentes seront beaucoup plus fortes en 2021 puisqu'il n'était pas considéré comme un prétendant au titre il y a un an.

"C'est beaucoup plus difficile [de défendre un titre]. Tu es celui que tout le monde vise. Ce n'est pas facile de gérer cette pression. En début d'année, tout le monde prédit qui sera le Champion. Est-ce qu'il était sur la liste de quelqu'un ? Même une seule ? Ça a changé. Maintenant, Joan Mir est Champion du monde et les pilotes vont se dire 'C'est celui qui a gagné l'an dernier donc je veux le battre'. Donc prépare-toi mon pote, la pression arrive !"

Schwantz attend une saison 2021 toute aussi ouverte, la marque de Hamamatsu n'ayant pas survolé les débats après avoir conquis les titres. "En regardant les données [au Grand Prix d'Europe], la Suzuki était la moto à battre et personne ne pouvait les devancer. Le week-end suivant, sur la même piste, ils n'étaient plus dans la lutte et à Portimão, avec leurs soucis... Dans l'intersaison, on peut lancer la roulette et voir le nom qui va sortir, parce que l'an prochain, tout le monde pourra encore gagner."