Science décalée : quels sportifs risquent le plus de griller au soleil durant les Jeux olympiques ?

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Il fait plus de 35 °C en ce moment à Tokyo et en pleine journée, l’indice UV dépasse le niveau 9. Outre le risque de malaises liés à la chaleur (la joueuse de tennis espagnole Paula Badosa ayant par exemple dû quitter le court après une insolation), certains sportifs sont particulièrement exposés aux coups de soleil. Une équipe de chercheurs australiens a ainsi calculé l’exposition aux ultraviolets des participants aux Jeux olympiques de Tokyo durant la compétition. Pas moins de 144 événements dans 20 disciplines sportives de plein air ont ainsi été passés au crible.

Les chercheurs ont considéré une multitude de facteurs, dont la durée passée à l’extérieur, la localisation de l’épreuve (les épreuves de voile se déroulant par exemple à Enoshima à 47 kilomètres au sud-ouest du stade olympique), l’albédo de la surface (l’eau réfléchit davantage le soleil que la pelouse), l’horaire prévu de l’épreuve, ou encore la proportion du corps des athlètes recouverte par l’habillement (calculée en observant des images vidéo des compétitions des Jeux olympiques de Rio 2016).

Exposition aux ultraviolets en joules/mètre carré pour les différentes disciplines lors de Jeux olympiques d'été de Tokyo 2020. Les segments à l’intérieur des barres correspondent aux différentes épreuves (par exemple, 100 mètres, relais, saut en hauteur ou heptathlon en athlétisme). © Nathan Downs et al, Température, 2019
Exposition aux ultraviolets en joules/mètre carré pour les différentes disciplines lors de Jeux olympiques d'été de Tokyo 2020. Les segments à l’intérieur des barres correspondent aux différentes épreuves (par exemple, 100 mètres, relais, saut en hauteur ou heptathlon en athlétisme). © Nathan Downs et al, Température, 2019

Tennis, golf et cyclisme sont les épreuves les plus dangereuses

Résultat : l’épreuve la plus nocive est le tennis en simple féminin, avec une exposition totale de 1.680 J/m2 suivie du golf masculin (1.530 J/m2) et de la course cycliste sur route masculine (941 J/m2). « De tous les sports de plein air, le tennis, le golf, le cyclisme, le volley-ball et le hockey sur gazon ont le potentiel d'exposition individuelle le plus important, expliquent les auteurs de l’étude parue dans la revue Temperature. Ceci est dû à deux facteurs principaux : la longue durée de l'événement et le calendrier...

> Lire la suite sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles