Sebastian Coe rappelle que Caster Semenya « a le droit » de participer aux Mondiaux

Caster Semenya s'aligne sur 5 000 m à Eugene. (F. Mons/L'Équipe)

Sebastien Coe, le président de World Athletics, est revenu sur le cas de la Sud-Africaine Caster Semenya, engagée sur 5 000 m aux Mondiaux d'Eugene.

La Sud-Africaine Caster Semenya, engagée aux Mondiaux de Eugene sur le 5 000 m, une distance non concernée par le règlement sur les athlètes hyperandrogènes, « a le droit d'être ici », a indiqué le président de World Athletics Sebastian Coe au cours d'un point presse avec les principales agences internationales de presse.

lire aussi

Caster Semenya inscrite sur 5 000 m aux Mondiaux d'Eugene

« Elle a le droit d'être ici. Si elle décide de concourir sur une distance sur laquelle ne s'appliquent pas les restrictions (du règlement) c'est son choix, et elle sera traitée de la même façon que n'importe quelle autre athlète ici », a déclaré Coe.

Triple championne du monde (2009, 2011 et 2017) et double championne olympique du 800 m (2012 et 2016), Semenya est concernée par le règlement sur les athlètes DSD (qui présentent un excès naturel d'hormones sexuelles mâles). Depuis 2018, ces athlètes doivent faire baisser leur taux de testostérone par un traitement hormonal afin de s'aligner sur les épreuves allant du 400 m au mile, ce qu'elle refuse.

Sebastien Coe, président de World Athletics.

« Je ne veux pas que ces athlètes disparaissent. Mon approche de cette question a toujours été par l'inclusivité. Je ne suis pas impliqué dans le monde du sport pour empêcher des gens de concourir. »

Semenya, qui conteste la règle qu'elle juge « discriminatoire », mais a perdu ses recours en justice, a renoncé à sa distance favorite pour se lancer sur 5 000 m. Elle a réussi à se qualifier de justesse pour les Mondiaux américains.

lire aussi

Le calendrier du 5 000 féminin aux Mondiaux

« Je ne veux pas que ces athlètes disparaissent. Mon approche de cette question a toujours été par l'inclusivité. Je ne suis pas impliqué dans le monde du sport pour empêcher des gens de concourir. Nous avons toujours suivi la science, et la science est claire : nous savons que la testostérone est un facteur déterminant de la performance », a estimé Coe.

« J'en ai assez de débattre avec des sociologues de seconde zone qui tentent de soulever auprès de moi ou de la communauté scientifique des problèmes. Il n'y en a pas, la testostérone est le facteur principal de la performance », a-t-il tancé, alors que les études sur lesquelles World Athletics s'appuie pour son règlement sont contestées.

lire aussi

Toute l'actu des Mondiaux

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles