« Tous en selle » remet le couvert

Le festival « Tous en selle » revient au Grand Rex, à Paris. (M. Griboval/TousenSelle)

Soirée festive au Grand Rex ce vendredi, et tournée à venir. Le festival du film 100 % vélo « Tous en selle », où neuf films seront projetés, se renouvelle, et a souhaité privilégier le fond à la forme.

Vendredi, au Grand Rex, se tiendra la soirée de lancement du troisième festival « Tous en Selle ». La soirée promet d'être animée. Non seulement en raison des neuf films projetés, qui bout à bout représentent plus de trois heures de cinéma. Mais aussi parce que, comme chaque année, toutes les équipes des films - réalisateurs et intervenants - seront présentes sur la scène pour répondre aux questions du public. Après Bernard Hinault et Kilian Bron, cette année c'est Steve Chainel que « Tous en Selle » a choisi pour parrain. L'ex-professionnel, ancien champion de France de cyclo-cross, n'est pas connu pour sa morosité. Micro à la main, il aura carte blanche pour intervenir dans les débats.

lire aussi

Fancy Women Bike Ride, les femmes paradent à vélo

Si « Tous en Selle » se fait fort de célébrer le vélo « sous toutes ses formes », pas question de se disperser dans toutes les directions. Cette troisième édition prend des points de vue multiples sur les usages du vélo « en tant qu'outil social au sens large », selon les mots de M. Benloulou, créateur de « Tous en Selle ». « Il ne s'agit pas de se contenter de la forme au détriment du fond, et d'images gratuites, si belles ou spectaculaires soient-elles. Nous voulons montrer l'omniprésence du vélo dans les questions qui préoccupent nos sociétés contemporaines : inclusion, lien social, écologie, quête existentielle... »

Eu égard au programme très dense de la soirée, les projections débuteront à 20 heures. Neuf documentaires de 3 à 20 minutes se succéderont, pour dire le bonheur de rouler à vélo et l'intérêt qu'il y a de l'utiliser.

Lien social et écologie

La liste des films projetés ne laisse en effet aucun doute sur les intentions des programmateurs : les liens sociaux, l'insertion ou encore l'écologie seront largement mis en avant. L'un des métrages, « On se nachav' à la Ciotat », met en scène les efforts de l'association « Sport dans la Ville » pour « ouvrir le paysage » à des jeunes cabossés par la vie grâce à un voyage à vélo de quelques jours. Un autre, « Jeanne on the Road », nous emmène à la rencontre d'une jeune femme que son handicap moteur n'empêche pas de découvrir le handbike et les bonheurs des sorties sur route.

Un orchestre qui décide d'effectuer une tournée uniquement à vélo ? C'est l'histoire du groupe Les Forces Majeures, qui a fait ce choix au printemps dernier, avec 300 km en 15 jours. Une aventure racontée dans « Accordez vos vélos ». Et pour continuer sur le thème de l'écologie, cette fois dans des régions plus dangereuses, « Namibia », de Steven Le Hyaric, conte sa traversée des six déserts les plus hostiles du monde, dont la Namibie.

lire aussi

Le vélobus, du ramassage scolaire dans l'air du temps

Insertion, maladie ou souci écologique : « Tous en Selle » prend soin d'aborder des sujets lourds, de société, mais toujours avec légèreté et des images souvent somptueuses. Et comme pour les éditions précédentes, le festival est destiné à faire une tournée en France et dans les pays francophones.