Selon le sociologue Patrick Mignon, "la France a un problème avec la gestion des supporters"

Jean-Baptiste Lautier
·1 min de lecture

“Oui, la France a un problème avec la gestion des supporters" assure Patrick Mignon, sociologue et chercheur à l’INSEP. Un problème moins grave qu’il a pu l’être, à une autre époque dans l’Hexagone comme à l’étranger, mais à une différence près, les pays d’Europe du nord l'ont solutionné depuis déjà plusieurs années : “On est rentré dans une progression des relations entre l’État, les clubs et les supporters mais on est encore loin du but."

Les évènements qui ont sévi à Marseille ce samedi 30 janvier s’inscrivent dans une suite de contestations dans différents clubs depuis plusieurs mois, comme à Saint-Etienne, Bordeaux ou encore Nantes. Pour Patrick Mignon, toutes ces manifestations ont un lien : “Vous avez des groupes qui se sont constitués autour des ultras, selon l’idée que les seuls vrais supporters, engagés, fidèles étaient les ultras. Cela est notamment lié au faible taux de remplissage des stades en France, qui a donné une légitimité plus grande aux ultras qui sont ceux qui sont tout le temps présents."

La crise sanitaire comme accélérateur

Depuis près d’un an, les supporters ne sont plus admis dans les stades ce qui crée un dilemme :...

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi