Serena Williams sur sa retraite après l'US Open : « Je vais rester vague »

Serena Williams sur sa retraite après l'US Open : « Je vais rester vague »

Très touchée par les nombreux hommages reçus avant, pendant et après son match gagné contre Danka Kovinic (6-3, 6-3) dans la nuit de lundi à mardi au premier tour de l'US Open, Serena Williams veut vivre le moment présent.

« Lors de l'annonce de votre prochaine retraite, vous aviez évoqué une « grande douleur ». Un match comme celui-ci change-t-il ce sentiment ?

Je préfère le mot évolution parce que je suis à un stade de ma vie qui ne correspond pas à la retraite. Les sentiments sont différents. J'étais très émue à Toronto et Cincinnati. C'était très difficile. Je ne dis pas que ce n'est pas difficile maintenant, ça l'est toujours parce que j'adore être sur le court. Plus je dispute de tournois, plus je me sens à ma place. C'est un sentiment difficile à accepter, arrêter en sachant que plus tu joues, plus tu peux briller. Mais c'est le moment pour moi de passer à autre chose. Je veux faire tellement d'autres choses.

lire aussi

Serena Williams scintille encore à l'US Open

Votre prochaine adversaire est la numéro 2 mondiale Anett Kontaveit...
À ce stade, tout est un bonus pour moi. Chaque adversaire est très difficile. Je l'ai vu tout au long de l'été. La prochaine l'est encore plus. C'est bien que j'ai cette victoire dans la poche. Je ne pense pas à la suite, je pense juste à ce moment. Je vis le moment présent.

Serena Williams

« L'accueil que j'ai reçu était vraiment incroyable. C'était tellement bruyant, je le sentais dans ma poitrine »

Pouvez-vous confirmer que cet US Open sera le dernier tournoi de votre carrière ?
C'est vrai que j'ai été assez vague là-dessus, hein ? (sourire) Je vais rester vague parce qu'on ne sait jamais.

Qu'avez-vous ressenti en entrant sur le court, dans une ambiance incroyable ?
L'accueil que j'ai reçu était vraiment extraordinaire. C'était tellement bruyant, je le sentais dans ma poitrine. C'était un sentiment très agréable, que je n'oublierai jamais. Ça signifie beaucoup pour moi. En entrant sur le court, je me suis dit : « Vraiment ? C'est réel ? » Et en même temps, j'avais toujours un match à jouer. Je voulais être à la hauteur de cet accueil. Il fallait aussi que je reste complètement concentrée. C'est ce que j'ai essayé de faire.

Le tennis fera-t-il toujours partie de votre prochaine vie ?
Oui, je pense. J'aime ce sport qui m'a tant donné. Il m'a donné une tribune que je n'aurais jamais pu imaginer avoir. Tout ça grâce au tennis. Je ne me vois pas non-impliquée dans le tennis. Je ne sais juste pas comment. Mais on est allé trop loin ensemble pour totalement se séparer.

« Je suis heureuse d'avoir cet impact. Je n'aurais jamais pu l'imaginer, jamais. J'étais simplement une petite fille qui essayait de jouer au tennis »

Coco Gauff, Naomi Osaka... Beaucoup vous ont rendu hommage et répété que vous aviez eu un impact immense sur leur carrière. Comment réagissez-vous ?
Entre Coco, Naomi, Taylor, tout le monde, ça a été... Vous savez, je n'y pense pas. Je n'ai pas pris le temps de réaliser l'impact que j'ai eu. Je le comprends, mais je n'y pense pas. J'aurai bientôt le temps de le faire. Pour l'instant, je suis ici, je profite. Je suis heureuse d'avoir cet impact. Je n'aurais jamais pu l'imaginer, jamais. J'étais simplement une petite fille qui essayait de jouer au tennis.

Vous allez disputer le double de l'US Open avec votre grande soeur Venus Williams. Quel a été son rôle dans votre décision d'arrêter ?
Ça a été très important qu'elle soit impliquée dans ce processus. Venus est mon roc. Je suis impatiente de jouer avec elle, ça faisait longtemps. »

lire aussi

Le tableau femmes de l'US Open