Serena Williams battue au troisième tour de l'US Open, sans doute le dernier match de sa carrière.

Serena Williams battue au troisième tour de l'US Open, sans doute le dernier match de sa carrière.

Serena Williams, qui a annoncé il y a quelques semaines sa retraite imminente, a perdu, vendredi soir, au troisième tour de l'US Open face à Ajla Tomljanovic (7-5, 6-7 [4], 6-1). L'Américaine jouait sans doute le dernier match de sa carrière.

Certains ont écrasé une larme au coin de l'oeil, d'autres sont restés sidérés sur leur siège quand le reste se levait pour acclamer une dernière fois une championne hors-norme. Serena Williams, elle, a fini par craquer au moment d'évoquer son père, qui regardait le match à la télé, et sa mère, bien présente en tribunes depuis le début de cet US Open. « Ce sont des larmes heureuses, j'imagine », a-t-elle murmuré dans un sourire troublé. Incertaine sur ses émotions à l'heure de sans doute clore sa carrière sur cette défaite face Ajla Tomljanovic au troisième tour (7-5, 6-7 [4], 6-1).

lire aussi

Le tableau femmes de l'US Open

Sans doute, parce que la championne américaine est une nouvelle fois restée floue sur son avenir, glissant malicieusement en conférence de presse qu'elle adorait l'Australie. Mais le scénario de cette semaine indique que l'ancienne n°1 mondiale a lancé ses derniers feux dans ce stade Arthur-Ashe qui avait fait une nouvelle fois le plein vendredi soir pour l'acclamer. Et comme lors des deux nuits précédentes, elle a tout fait pour repousser le moment des adieux.

Six balles de match pour Tomljanovic

Elle a failli y arriver, encore une fois, montrant un tennis exceptionnel dans ce jeu décisif du deuxième set qu'elle a disputé au bord du précipice. Une série de points monstrueux, dont un incroyable coup droit long de ligne qui concluait un échange dantesque, a provoqué l'éruption d'un stade jusque-là plus timide que les deux autres matches. Le ressenti était physique pour chacun des spectateurs à l'unisson. Balle de set, qu'elle a converti en agressant son adversaire en retour.

On s'est dit que les quelques égarés qui avaient quitté les tribunes au début de ce tie-break avaient raison de faire une confiance aveugle à la cadette des soeurs Williams. C'est plus tard, finalement, qu'il ne fallait pas partir et le stade a fait silence quand l'Américaine a cédé une nouvelle fois son service dans le troisième set. À 5-1 pour l'Australienne, les jeux semblaient faits. Mais Tomljanovic a dû encore subir une pression dingue avec trois balles de débreak à défendre au milieu de ses six balles de match. Elle a tenu et cela fait partie des choses les plus impressionnantes de la soirée.

Williams a continué de hausser son niveau

L'autre élément remarquable, c'est le niveau atteint par Williams lors de certaines séquences. Pendant plus de trois heures (3h05), elle s'est battue sur toutes les balles avec sa rage inégalée. Saluant certains points sur un hurlement à vous faire frissonner l'échine.

Elle a eu du déchet, a manqué de tonus parfois mais c'est elle qui a à chaque fois pris les commandes des sets. Elle a servi pour le premier acte à 5-3 mais il lui a manqué un peu de souffle pour conclure dans un début de match marqué par son faible pourcentage de premières balles (47 % dans ce premier set, 58 % sur l'ensemble de la rencontre).

lire aussi

Serena Williams : « Incroyable et bouleversant »

Dans le deuxième set aussi, elle a eu l'occasion de boucler plus tôt mais Tomljanovic est revenue sur elle pour décrocher le jeu décisif. Et puis il y a eu ce break, au tout début du troisième set, qui a ouvert les espoirs les plus fous. Mais elle l'a très vite abandonné et n'a plus inscrit un seul jeu derrière, approchant point après point de la fin de son histoire à l'US Open, qu'elle a remporté six fois. La poignée de main échangée, elle s'est avancée seule au milieu du court pour saluer la foule et s'offrir une dernière fois sa célébration tourbillonnante. La sono a lancé « You are simply the best » de Tina Turner et tout le stade a fini transi.

Serena Williams

« C'est le voyage le plus incroyable que j'ai fait dans ma vie »

« C'est le voyage le plus incroyable que j'ai fait dans ma vie. Je suis tellement reconnaissante à chaque personne qui m'a dit une fois "Vas-y Serena". C'est vous qui m'avez amené jusqu'ici », a-t-elle lâché au public. Elle a eu des mots forts pour sa soeur Venus (« C'est la seule raison pour laquelle Serena Williams a existé »), avec laquelle elle avait disputé un dernier double jeudi soir, lui aussi sur le Central de l'US Open. Interrogée, enfin sur l'idée de reconsidérer sa retraite elle a souri : « Je ne pense pas mais on ne sait jamais. »

Ce match avait tout du point final et dans le combat, l'engagement et les émotions, il était à l'image de cette championne hors-normes aux 23 titres du Grands Chelem. Une joueuse qui aura donné une autre dimension à son sport et que même son adversaire ne pouvait qu'admirer. « Je me sens tellement désolée parce que j'aime Serena autant que vous, vous savez », expliquait Tomljanovic. L'Australienne emporte avec elle, comme tous ceux présents vendredi soir, un petit bout de cette histoire exceptionnelle.