Sergio Pérez : Je suis à "l'apogée" de ma carrière

Benjamin Vinel
·2 min de lecture

Souvent discret mais toujours efficace, est bien parti pour signer son meilleur résultat au championnat des pilotes de Formule 1, déjà crédité de 100 points en 2020 face aux 97 unités de Daniel Ricciardo et 96 à l'actif de Carlos Sainz. Réputé pour son excellente gestion des pneus Pirelli et faisant preuve d'une constance à toute épreuve, Pérez est tout simplement entré dans le top 10 lors des 18 derniers Grands Prix dont il a pris le départ, du jamais vu au sein d'une petite équipe comme Racing Point – bien qu'elle soit généralement la troisième force du plateau cette année.

"Je pense que de mon côté la saison a été bonne, mais en Formule 1, c'est grandement lié au potentiel de la voiture", analyse le pilote de 30 ans, relayé par Crash.net. "Je pense avoir fait par le passé de très bonnes saisons qui n'étaient pas vues comme de bonnes années à cause du potentiel de la voiture. J'ai fini septième du championnat, deux fois huitième [deux fois septième et une fois huitième chez Force India, ndlr], mais je faisais quand même du bon travail, un travail formidable."

Lire aussi :

Sergio Pérez : "L'année sabbatique est une option"

"Je pense être actuellement à un très bon niveau dans ma carrière, je pense être probablement à mon apogée en matière d'expérience, de compréhension et de communication avec l'équipe. Cela fait un moment que je suis avec elle, ça aide."

"Cette saison, il y a eu des hauts et des bas à cause de beaucoup de choses, de circonstances – certaines en piste, certaines en dehors – mais nous sommes encore en train de remettre notre saison sur le droit chemin et je suis sûr que ce podium nous aidera à finir les dernières courses en beauté."

Pérez occupe effectivement cette quatrième place malgré son absence lors des deux courses de Silverstone pour cause de test positif au coronavirus. Remplacé par étant sur la sellette en raison de performances médiocres.

L'on imagine que Pérez a marqué des points avec sa superbe deuxième place au Grand Prix de Turquie, ce qu'il ne confirme qu'à demi-mot : "Je pense comme toujours qu'il faut être performant week-end après week-end. Un pilote est jugé sur sa dernière course, donc c'est important de finir sur une bonne note. Le reste n'est pas entre mes mains."