Sergio Pérez : "L'année sabbatique est une option"

Basile Davoine
·3 min de lecture

Sergio, y a-t-il du nouveau pour vous concernant 2021, particulièrement avec Red Bull ?

Rien, rien à ce sujet. Pour le moment, il faut attendre. La saison arrive bientôt à son terme. Comme je l'ai déjà dit, jusqu'à ce que les équipes annoncent leurs pilotes, tout est une option. Toute équipe n'ayant pas annoncé son duo de pilotes est une option. Nous verrons bien.

À Imola, vous avez dit que vous ne pourriez pas attendre trop longtemps que Red Bull prenne une décision, avez-vous une date butoir en tête ?

Je crois que maintenant, comme je l'ai dit, nous ne sommes plus très loin de la fin de la saison, alors je dois connaître mes projets. J'ai besoin de savoir ce qui se passera de mon côté afin de tout préparer. Cela arrive trop tard, nous sommes déjà proches du mois de décembre. Il n'y a pas grand-chose à ajouter.

Il ne reste pas beaucoup de baquets pour 2021. Si vous n'en aviez pas, l'année sabbatique serait-elle une option ? Ou pourriez vous aller dans une autre discipline ?

Tout est très tardif désormais, et on dirait que je saurai tard dans l'année si je continue ou non en Formule 1. Je pense donc que l'année sabbatique est une option. Mais nous allons voir ce qui va se passer ces deux prochaines semaines.

Lire aussi :

Racing Point ne va plus apporter d'évolutions en 2020 Dovizioso annonce qu'il prend une année sabbatique en 2021

On vous a récemment lié à Williams mais l'équipe a écarté le fait de vous engager. À quel point était-ce une option sérieuse ? Jusqu'où les discussions sont-elles allées ?

Je garde toujours les discussions pour moi. Je pense que ça devrait toujours être le cas. Au-delà de ça, ça n'a pas beaucoup d'intérêt. Il ne s'est rien passé, donc il n'y a pas beaucoup d'intérêt à en parler. Il y a eu des discussions, mais pas plus que ça.

Si vous n'êtes plus en F1 l'année prochaine, ce sera peut-être au terme de votre meilleure saison. Êtes-vous satisfait du déroulement de cette saison ? Pensez-vous que ce serait une injustice d'être écarté alors que vous êtes à ce niveau ?

Je suis satisfait de mes performances. Il y a bien sûr eu des choses qui auraient pu être meilleures. J'aurais dû signer déjà deux podiums cette saison. J'aurais dû marquer beaucoup plus de points. Rater deux Grands Prix n'est pas idéal dans un championnat aussi court. Mais dans l'ensemble, je suis satisfait, surtout de mon niveau de régularité tout au long de l'année. Est-ce une injustice d'être écarté ? Ça fait partie de la F1. J'ai toujours su comment c'était. Je pense pouvoir dire que je suis un privilégié, j'ai fait une excellente carrière, dix ans en F1 jusqu'à présent. Si je devais quitter la F1, je pourrais le faire avec beaucoup de fierté, car j'ai fait ce que l'on attendait de moi avec le matériel que j'avais, et il n'y a pas beaucoup de monde à avoir connu une telle carrière. Nous verrons ce qui se passera, je suis en paix avec moi-même.

Vous avez piloté pour McLaren [en 2013], qui était alors une équipe de pointe. Qu'avez-vous appris de cette expérience qui pourrait vous aider en cas d'opportunité chez Red Bull.

Je pense avoir appris énormément là-bas. En allant là-bas, les choses n'ont pas fonctionné, mais après être resté sept ans avec la même équipe, en F1, je suis un pilote très différent au niveau de la maturité, de l'expérience, et je suis davantage prêt que la dernière fois pour que ça fonctionne.