Sergio Ramos - Gerard Piqué, Round 84 au sujet de l'arbitrage

Victor Massias

​Uppercut, crochet du droit, jab, jab, crochet du gauche... Ça castagne pas mal en Espagne. Surtout entre les deux défenseurs centraux que sont Sergio Ramos et Gerard Piqué. Et surtout en ce moment. Une bataille par déclarations interposées lancée par le Catalan il y a de ça quelques années, qui refait plus que jamais surface après le Clasico d'hier soir (dimanche). 

Outre la victoire du Barça dans les dernières instants par un but de Lionel Messi, c'est le carton rouge de Ramos qui a relancé les hostilités. Lancé comme un boulet, le capitaine du Real Madrid a sauté sur l'Argentin, les deux pieds décollés. Carton rouge logique pour tout le monde. Sauf pour lui.


Piqué est alors venu parler du pays à son compatriote. Ramos lui a fait signe de se taire et lui a répondu : "Je lui ai dit qu’avec autant de pression et de plaintes dans chaque tweet, [ils arrivaient] à [leurs] fins. " Et comme Pique aime avoir le dernier mot, il est aussi revenu sur cet incident : " Quand il rentrera chez lui, il va le regretter parce que le rouge est clair, il y va avec les deux pieds en avant . Ce qui se passe est qu’ici ils sont habitués à des arbitres plus conciliants. Et celui d’aujourd’hui (hier) ne l’a pas été. "


Pour rappel, l'un n'a de cesse de scander que le Real Madrid est constamment avantagé par l'arbitre et l'autre lui réplique par l'exemple de la remontada du Barça contre le Paris Saint-Germain. L’hôpital se fout de la charité puisque qu'ils font les deux partie des clubs qui ont le plus profité des erreurs d'arbitrage en Ligue des champions.

​​

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages