Shana Grebo raconte son année à Eugene : « Un truc de malade »

Shana Grebo le 26 juin à Caen lors des Championnats de France Élite. (F. Faugère/L'Équipe)

Shana Grebo, 21 ans, sélectionnée avec le relais 4x400 m français, a passé son année universitaire sous le prestigieux maillot des Ducks à Eugene, où se disputent les Mondiaux d'athlétisme.

« Comment êtes-vous passée de Rennes à Eugene l'an passé ?
J'ai commencé mes démarches en décembre 2020, dans l'optique de la rentrée à la fin de l'été 2021. J'ai envoyé des mails à plusieurs facs, et c'est avec celle de l'Oregon que j'ai eu le meilleur contact et le meilleur feeling. On a pas mal échangé par visio, je devais dire pourquoi je voulais venir, il faut savoir se vendre !

lire aussi
Reportage - Bienvenue à Tracktown USA

Je devais terminer en juin 2021 un BTS professions immobilières, puis me lancer dans une licence pro en alternance envisagée. Mais je sentais que ça allait être compliqué d'allier sport, cours et activité professionnelle. J'avais trouvé une alternance à Rennes mais je continuais à prospecter aux États-Unis. En mars j'ai dû trancher, je me suis dit : "Vas-y, fonce." Je bénéficie d'une bourse académique, ils me payent mes études, ça représente 60 000 dollars par an. Je suis en business administration, et j'entamerai à la rentrée ma deuxième année.

Racontez-nous la vie sur le campus et vos structures d'entraînement.
Je me débrouillais assez bien en anglais, mais j'ai encore appris énormément sur place.
Je n'avais jamais été aux États-Unis avant d'arriver à Eugene à la rentrée 2021. Un des coaches de l'équipe m'a mis en relation avec une athlète américaine, on est en colocation à 500 mètres
de Hayward Field. Les infrastructures sont remarquables pour une ville de 200 000 habitants : athlé, basket, foot US (stade de 54 000 places). On vit une vraie vie de campus.

Au début, c'est presque une claque mais je me suis assez vite adaptée. J'ai quinze à vingt heures de cours par semaine, parfois en ligne, le travail est assez régulier. Mon volume d'entraînement est assez similaire à celui que j'avais en France : 7 séances par semaine, 2 jours off. On s'entraîne souvent sur une piste intérieure au Hayward Field. Le head coach(Robert Johnson) s'en va cet été, il gagnait autour de 400 000 dollars par an, ce n'est pas tabou de parler d'argent là-bas.

Sentez-vous que porter le maillot des Ducks est une expérience particulière ?
Oh oui ! Tout le monde en ville nous fait comprendre que c'est hyper important, quel que soit le sport. Les compétitions en athlé, c'est un truc de malade, et on est plus que gâtés. On voyage d'un bout à l'autre du pays dans des superbes conditions, avec parfois un avion privatisé. S'entraîner chaque jour au Hayward Field... Il y a tout. Un musée, un coiffeur, des salles ultra-modernes. Au début, j'ai beaucoup douté pour savoir si les performances allaient suivre car j'ai changé beaucoup de choses dans ma préparation et la saison est très longue, indoor puis outdoor, mais j'ai battu mes records personnels donc ça va !

Et vous revenez à Eugene pour ces Mondiaux.
Ça motive tout le monde en ville depuis des mois d'avoir une telle compétition, et moi, je voulais vraiment revenir si possible en individuel mais je suis déjà très heureuse de faire le relais. Cela aura une saveur particulière. C'est mon deuxième chez moi ! »

lire aussi
Toute l'actu de l'athlétisme

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles