Le siège de la FFF visé par des inscriptions hostiles à la Coupe du monde au Qatar

Le siège de la FFF visé par des inscriptions hostiles à la Coupe du monde au Qatar. (DR)

Le siège de la Fédération française de football a fait l'objet d'inscriptions hostiles à la Coupe du monde au Qatar, mercredi soir, à Paris. Une opération menée par deux collectifs activistes.

Le siège de la FFF a fait l'objet d'une nouvelle action militante, mercredi soir, et organisée, selon nos informations, par le mouvement de désobéissance civile Extinction Rebellion et le collectif féministe NousToutes. Plusieurs collages et inscriptions ont été effectués sur le bâtiment de l'instance, situé dans le 15e arrondissement parisien, pour dénoncer l'organisation de la prochaine Coupe du monde au Qatar et son coût humain. Des dizaines de milliers de travailleurs étrangers ont participé à la construction des stades et des infrastructures du petit émirat du Golfe.

Participante de l'action militante

« On a croisé quelques personnes qui nous ont félicités. Ça fait plaisir, ça n'arrive pas souvent »

Parmi les slogans visibles : « Carton rouge Qatar », « Coupe d'immonde » ou « Boycottons la World Cup 2022 ». « On a vu qu'il y avait un comité exécutif de la FFF programmé ce jeudi, nous explique une participante à cette action. On s'est dit que ça pouvait être bien de les accueillir avec quelques messages leur indiquant notre révolte vis-à-vis de la situation au Qatar. On a croisé quelques personnes qui nous ont félicités. Ça fait plaisir, ça n'arrive pas souvent ».

Contactée, la direction de la communication de la FFF n'a, pour l'heure, pas pu être jointe. Cette action est intervenue alors que Noël Le Graët, le président de la « 3F », actuellement fragilisé, doit être reçu vendredi 16 septembre au matin par la ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, pour un « moment d'échange », où la prochaine Coupe du monde au Qatar (20 novembre-18 décembre) devrait être abordée.

Le siège de la FFF déjà visé en décembre dernier

Un sondage mondial publié ce jeudi par Amnesty International montre que plus de deux tiers des personnes interrogées (70 % en France) souhaitent que les fédérations de leur pays « s'expriment publiquement » sur le respect des droits humains dans le cadre de cette Coupe du monde, la première à être organisée au Moyen-Orient.

De son côté, Amnesty avait également mené une opération (accrochage de banderole) devant le siège de la FFF, le 15 décembre dernier, pour dénoncer, selon elle, « l'inaction » de l'instance sur les questions relatives aux droits humains dans le petit émirat gazier.

lire aussi

Le Quotidien de la réunion va boycotter la Coupe du monde

Dans une longue (et rare) interview accordée à l'hebdomadaire Le Point, parue ce jeudi, le cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, émir du Qatar, a expliqué avoir compris « que nous avions un problème avec le travail sur les chantiers ». « Nous avons pris de fortes mesures en un temps record [...], a-t-il ajouté. Et puis il y a la seconde catégorie de critiques, celles qui se poursuivent quoi que nous fassions. Ce sont des gens qui n'acceptent pas qu'un pays arabe musulman comme le Qatar accueille une Coupe du monde. Ceux-là trouveront n'importe quel prétexte pour nous dénigrer. »