Silverstone organise ses deux Grands Prix "au pied levé"

Fabien Gaillard
·2 min de lecture

Silverstone s'est mis d'accord avec la Formule 1 la semaine passée pour mettre en place deux courses consécutives les 26 juillet et 2 août, même si les dates restent à confirmer. "Nous sommes encore en train d'y réfléchir", a déclaré Pringle dans une interview avec Sky F1. "Il y a du travail qui se fait, et il se fera jusqu'à la réalisation. Permettez-moi d'insister à nouveau sur le fait que tout ceci est entièrement soumis au feu vert du gouvernement, qui pourrait être une raison pour laquelle ces [courses] n'aient pas lieu."

"Cependant, si la situation évolue conformément à la feuille de route que le gouvernement a dévoilée au début de la semaine, il semble que ce soit possible, et nous travaillons avec eux et avec toutes les autorités compétentes pour nous assurer que nous pourrons nous y conformer. La F1 cherche à mettre en place un régime de tests très rigoureux et très complet pour lui permettre de faire le tour du monde avec son championnat."

Lire aussi :

Trois GP absents de la dernière version du calendrier 2020

"Oui, nous devons beaucoup planifier au pied levé pour voir si c'est possible. Ce sera très différent de la façon dont nous organisons normalement une épreuve de F1. Je suis désespérément désolé pour nos fans qui ne pourront être présents et j'espère qu'ils trouveront un peu de réconfort dans le fait qu'il y ait le GP de Grande-Bretagne et un autre qui n'a pas encore de nom. C'est donc un autre travail que nous devons faire, donner un nom à la deuxième course."

Pringle reconnaît par ailleurs que des défis importants restent à relever, notamment sur le plan des voyages, et pas seulement pour les écuries situées hors Grande-Bretagne. "Ça concerne des équipes étrangères qui viennent au Royaume-Uni, mais aussi des équipes britanniques qui font des allers-retours entre leurs bases. Oui, il va être beaucoup plus facile pour 70% des équipes de participer à cette course que pour d'autres, mais il y en a encore 30% qui ne sont pas basées dans la 'Motorsport Valley' ici dans le Northamptonshire."

"Il faut donc des solutions solides et des solutions qui répondent non seulement aux exigences de ce pays, mais aussi à celles des autres pays du championnat, car il n'y aura pas de championnat si le seul endroit où la F1 peut courir est la Grande-Bretagne. Il doit y avoir une solution globale qui fonctionne pour tout le monde. Je sais qu'il y a beaucoup de travail à faire, je sais que tout le monde souhaite trouver une solution viable et qu'il reste encore un peu de temps. J'ai l'espoir que ces solutions soient trouvées."