Six mois chez Red Bull ont "remis en cause" la carrière de Gasly

Emmanuel Touzot

Promu chez Red Bull après le départ de espérait pouvoir se faire une place parmi les leaders de la F1 au sein d'une des trois meilleures équipes du plateau. Malheureusement, le début de saison a été un calvaire avec des sorties de piste dès les essais hivernaux, une pression énorme appliquée par Helmut Marko, et finalement un retour chez Toro Rosso lors de la pause estivale.

Mais cette rétrogradation a finalement eu des allures de bénédiction pour le Français, qui a brillé au sein de la structure italienne et a même signé un podium à Interlagos. Amené à revenir sur ces mois difficiles chez Red Bull, il sous-entend clairement que les problèmes venaient tout autant de lui que de l'équipe, qui l'empêchait d'exploiter pleinement son potentiel personnel.

Lire aussi :

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Gasly : Un podium qui a "fait du bien" après une saison difficile

"C'était dur parce qu'on était à 80% du potentiel que l'on avait lors des 12 premières courses", a-t-il déclaré au micro de RTL. "On est tous responsables dans l'équipe du manque de performance. Il y a certaines choses que j'aurais pu faire différemment et de leur côté, il y a beaucoup de choses qu'ils feraient différemment si l'on devait refaire l'histoire. Ça a été frustrant plus d'une fois et c'était important pour moi de bien finir la saison avec Toro Rosso."

"C'est la seule réponse que je voulais donner, sur la piste, parce qu'il y a eu énormément de critiques, et ce sont des choses qui remettent en cause ma carrière en monoplace. J'ai toujours fini dans les trois premières positions dans les catégories inférieures, ma première saison chez Toro Rosso s'était bien passée, et ces six mois ont été suffisants pour tout remettre en cause."

"On m'a promis des choses qui n'ont pas été respectées"

Gasly reconnaît que les difficultés qui se sont installées ont touché son entourage professionnel et personnel, car il a fini par douter de ses capacités. Il lui a fallu se recentrer pour garder le cap avant la pause estivale, puis pour trouver l'énergie de rebondir une fois qu'il a rejoint Toro Rosso, où il était libéré de la pression mais contraint de briller face à s'il voulait garder sa place pour 2020.

"Ça touche tout le monde et c'est sûr que c'est blessant. J'arrive à tourner ça en énergie positive. Tout le monde a des obstacles qui empêchent d'atteindre les objectifs et il est important de rester positif et de toujours aller de l'avant, et c'est la seule chose sur laquelle je me suis concentré, sur moi-même."

"Je voyais qu'il y avait des choses qui n'allaient pas chez Red Bull, j'essayais de pousser pour qu'il y ait des changements, peut-être parfois trop, mais je suis quelqu'un de compétitif, je voulais tirer le maximum de performance et quand je vois qu'il y a des choses que l'on peut mieux faire, j'ai envie que ça bouge rapidement. Cela n'a pas été simple, je n'ai pas trouvé ça juste, on m'a promis des choses qui n'ont pas été respectées donc j'ai été déçu, ça a été blessant, mais j'ai voulu tout de suite montrer chez Toro Rosso que lorsque l'on me donne les armes, je peux avoir de bons résultats."

Lire aussi :

Bilan 2019 - Au fond du trou, Gasly a su rebondir

Red Bull est une équipe très compétitive et a l'habitude de tourner autour d'un pilote principal. Ce fut d'abord , qui représente aujourd'hui l'avenir de l'écurie. Gasly reconnaît qu'il était difficile d'évoluer dans une équipe qui ne jouait pas toujours le jeu : "J'ai fait avec ce qu'on m'a donné, je ne suis pas un magicien."

"La F1 est un sport d'équipe avant tout, c'est ce dont j'ai pu me rendre compte encore davantage en revenant chez Toro Rosso et en obtenant ces résultats avec une écurie de milieu de plateau. On a réussi à marquer des points régulièrement et à signer un podium, et avec tout le respect que j'ai pour l'équipe, c'est incroyable d'avoir de tels résultats avec le budget qui est le sien. Ces six premiers mois, j'ai tout donné avec les moyens qu'on m'a donnés, mais il y a des choses que [Red Bull] aurait pu faire différemment."

À lire aussi