Skateboard - « Exploration du domaine public », l'exposition parisienne qui met à l'honneur la scène skate urbaine

·3 min de lecture

Une quinzaine de photographes et 34 skateurs sont à l'honneur le temps d'un été aux Buttes-Chaumont, à Paris, pour mettre avant la scène skate de rue. Une exposition en plein air captivante, à découvrir jusqu'au 31 août. Présentée durant le mois d'avril au pied de la Tour Saint-Jacques, dans le 4e arrondissement de Paris, l'exposition « Exploration du domaine public » s'offre une prolongation jusqu'à fin août. Mêmes photographes et clichés, seul le lieu change. Cette fois-ci, direction les Buttes-Chaumont. « Le nord-est Parisien fait partie des endroits très fréquentés par les skateurs. Ici, on sait que la méditation sera beaucoup plus efficace », souligne Thomas Busuttil, directeur de publication de l'exposition. Skateur de longue date, Thomas Busuttil a co-fondé en 2013 avec Stéphane Borgne, De Paris YearBook (DPY), la maison d'édition spécialisée dans le skateboard qui organise l'événement. Cette exposition rétrospective contient des photos exclusives, issues de leurs quatre derniers « Year Book ». Ces livres illustrent ce qui se passe dans la scène skate mondiale, du développement des nouveaux spots, à l'adaptation des riders à l'architecture urbaine. Mêler skateboard et architecture C'est sur un Ollie (nb : saut effectué avec la planche) de Juan Saavedra, devant les Invalides, que s'ouvre le parcours. « Avec cette exposition, on trouvait important de montrer le skate au-delà de la simple performance physique. Il y a une réelle recherche esthétique derrière chaque figure. » L'exposition se présente sous forme chronologique et les photographies affichées couvrent une large période, allant de 2013 à 2020. Au fil des photos, on se balade du Louvre, à l'esplanade des Invalides, jusqu'au Musée d'Orsay. L'exposition « Exploration du domaine public », permet ainsi de découvrir -et redécouvrir- certains endroits emblématiques de Paris, tout en admirant les prouesses des différents skateurs. « Le photographe fait partie intégrante du cadre. Les skateurs ne sont pas en train de poser, mais de rentrer des figures. » lire aussi « Museum », la rencontre poétique entre un skateur et une danseuse au Louvre et au musée d'Orsay Longtemps interdit par les municipalités et villes, le skateboard voit depuis quelques années un renouveau souffler sur sa pratique. « C'est important que les législations évoluent sur la discipline. Le skateboard est de mieux en mieux vu, la preuve avec l'arrivée du skate aux Jeux Olympiques. » Une diversité artistique Numérique, moyen format, argentique... Sur les grilles des Buttes-Chaumont, c'est une grande variété de techniques photographiques qui sont représentées. « Dans notre exposition, on a voulu montrer la diversité qu'il y a en photo dans le milieu du skate, signifie Thomas Busuttil. Chaque photographe à son type de prise de vue. Ceux avec qui nous travaillons sont tous issus de la scène skateboard. Ils sont restés beaucoup de temps dans la rue, au contact des skateurs, pour en assimiler les codes. » On y retrouve le travail de jeunes photographes, mais aussi de personnes plus aguerries dans la photographie de skate, tels que Benjamin Deberdt ou Fred Mortagne. Du côté des skateurs, on peut y découvrir de grands noms qui ont façonné la scène skateboard depuis les 20 dernières années. Il y a notamment Dustin Dollin, un skateur australien renommé, mais aussi des riders moins connus français et internationaux. Rassembler les générations Derrière l'exposition, l'idée est principalement de « mettre tous les skateurs au même niveau. » Pas de barrières de genres, d'âges, ni de situations géographiques. Sur les photos exposées aux Buttes-Chaumont, les organisateurs ont souhaité « montrer toutes les différences qu'il peut y avoir dans la pratique du skate, que ce soit au skatepark ou dans la rue. » « Le skateboard est un sport qui se pratique en extérieur, où il y a une réelle interaction visuelle avec les passants autour » Pouvoir exposer en plein air est une décision qui permet aussi « de toucher un public plus large et d'avoir une réelle médiation », souligne Thomas Busuttil, avant d'ajouter : « Le skateboard est un sport qui se pratique en extérieur. Il y a une réelle interaction visuelle avec les passants autour. Certains enfants voient les skateurs comme des gens qui pratiquent un jeu et veulent comprendre quelles en sont les règles. » En mettant en avant le travail des différents photographes et skateurs, l'exposition permet alors aux curieux de s'immerger dans la culture skate le temps de quelques minutes. « L'événement semble bien fonctionner auprès du public qui ne connaît pas le skateboard, comme les parents, les grands-parents, où ceux qui n'ont jamais eu la possibilité de comprendre le mouvement skate. » se réjouit Thomas Busuttil. L'exposition est à retrouver tout l'été jusqu'au 31 août, sur les grilles du parc des Buttes-Chaumont, dans le 19e arrondissement de Paris.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles