Skateboard - Glen E. Friedman raconte la légendaire équipe de skateboard des Z-Boys

·5 min de lecture

L'Américain Glen E. Friedman, président du jury du Paris Surf & Skateboard Festival, présente un court-métrage sur la fameuse équipe des Z-Boys des années 70 en Californie. L'emblématique photographe raconte cette période qui a révolutionné le skateboard et marqué plusieurs générations. Vous connaissez peut-être le photographe Glen E. Friedman pour ses photos des pochettes d'albums des Beastie Boys, Misfits et autres Bad Brains. Mais avant d'être un grand nom du milieu punk et hip hop, l'Américain a fait ses armes dans le skateboard. Et pas avec n'importe qui. À Los Angeles, dans les années 70, il arpente le bitume avec la fameuse équipe des Z-Boys et photographie ainsi les prouesses des légendes et pionniers Tony Alva, Jay Adams, Stacey Peralta... En 2001, Peralta dévoile un documentaire « Dogtown and Z-Boys », racontant comment ces skateurs ont révolutionné le milieu, à coups d'inventions de tricks et de sorties dans les fameuses piscines vides de Californie, cette insouciance de la jeunesse qui marquera à jamais le skateboard. 20 ans plus tard, Glen E. Friedman a décidé de revenir sur ce documentaire, pour raconter comment il a changé la vie de beaucoup de ses acteurs. Grâce à ses images d'archives (dont quelques inédits), « A look back, Dogtown & Z Boys » (en avant-première au Paris surf & skateboard film festival) nous replonge dans cette époque clé pour le skateboard.

Les Z-Boys, plus de 40 ans après « À l'époque, on n'avait pas du tout le sentiment que certains allaient devenir des légendes. Voir que les Z-Boys ont toujours de l'influence aujourd'hui, c'est totalement incroyable. Ce qu'on faisait enfant est toujours inspirant aujourd'hui. Je savais que c'était cool ce qu'on faisait, c'est pour ça que j'ai commencé à faire des photos de mes amis : je savais que quelque chose de spécial était en train de se passer, mais évidemment pas que ça allait être aussi spécial, aussi longtemps. On essayait juste d'impressionner et inspirer les gens à l'époque. Le plus magnifique dans tout ça, c'est que ça inspire les gens depuis 40 ans. » Leur influence dans le skateboard « Leur influence est tellement énorme... C'était le début de tout, mais on ne s'en rendait pas compte. La façon de vivre le skate, de faire des démonstrations, les photos et vidéos et tous les tricks qu'ils ont inventés... Je connais le gars qui a inventé le ollie (Alan « Ollie » Gelfand, en 1978 - la figure de base du skateboard, quand la planche décolle du sol). Pour nous, quand il a fait ça, c'était... magique ! On ne comprenait même pas ce qu'il faisait, il était en lévitation. C'était incroyable. Pas juste la première fois, la première année ! On ne comprenait pas. Comme les premiers tricks dans les piscines (vides de Californie). Parfois, je ne réalise même que j'étais là pour tout ça, que j'ai fait toutes ces photos. » Une journée avec les Z-Boys dans les 70's « C'était juste mes amis, donc on traînait ensemble, on allait skater où on pouvait. On ne voulait faire que ça. On allait dans une piscine par exemple, parce que c'était fun. Moi, vu que je ne pouvais pas les suivre, car je n'étais pas aussi fort qu'eux, je faisais des images pour essayer de les mettre dans des magazines. Car je sentais que quelque chose de vraiment incroyable et excitant était en train de se passer, personne n'avait encore vu ça. Je sentais que les gens devaient voir ça. J'étais plus jeune qu'eux (il avait 12 ans lors de ses premières publications), j'étais juste inspiré pour tout ce qui était autour de moi. Je ne voulais pas juste documenter tout ça, je voulais inspirer les gens. »

Le documentaire « Dogtown and Z-Boys » « C'est sûrement l'un des documentaires les plus importants du skateboard. Bien sûr, nous, qui étions proches de ce groupe, on voit les problèmes, mais il est fantastique et je suis fier d'en avoir fait partie. Car ce film a vraiment changé la vie de ces gars. Certains ont pu vivre du skate après, d'autres c'était juste pour le fun. Mais en étant dans ce film, ils sont devenus connus dans le monde entier. Personne ne s'attendait à ça. Donc ce court docu, 20 ans après, on l'a fait pour s'amuser, faire parler les gars et rendre hommage à certains qui sont décédés (comme Jay Adams). Tout le monde était plutôt content d'en reparler, on a grandi ensemble, donc forcément, on a un lien spécial entre nous. » Son rôle de photographe « Ça a été une grande partie de ma vie. C'est où je me suis fait les dents, je me suis formé. Ma carrière de photographe a commencé par le skateboard, même si je ne fais plus vraiment de photo de skate aujourd'hui. Pour moi, la photo de skateboard est une photo artistique, pas juste de l'action. J'aime être proche et voir le caractère de la personne. Une simple photo de trick, ça peut être une bonne photo, mais ce n'est pas forcément inspirant et ça ne m'intéresse pas. Je cherche quelque chose en plus, comme dans la musique. Le moment clé dans l'intensité, la personnalité, le caractère et la composition. Un quart de seconde, qui résume une session d'une journée. L'émotion, de la passion, vous pouvez le voir dans mon travail. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles