Ski alpin - CM (F) - Pour Ester Ledecka, « cette victoire (à Val-d'Isère) est plus forte que celle des Jeux Olympiques »

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Ester Ledecka, championne olympique de super-G, a remporté son premier super-G de Coupe du monde à Val-d'Isère. Ester Ledecka, vainqueure du super-G de Val d'Isère : « Je suis vraiment heureuse d'avoir gagné. Je ne suis pas vraiment satisfaite de mon run pour être honnête. J'ai trouvé que j'avais fait beaucoup de fautes. J'ai été vraiment surprise à l'arrivée, souvent quand je gagne je suis surprise ! Cette victoire est plus forte que celle des Jeux Olympiques parce que toutes les concurrentes sont là. Aux Jeux, c'est limité à quatre athlètes par nation, donc tu n'as pas tout le plateau mondial. Là, il y a tout le monde sauf Mikaela Shiffrin. Je me sens vraiment chanceuse d'être là parce qu'il faut vraiment du courage pour organiser un événement comme ça et je suis fière d'être là. Je n'ai pas besoin de public pour skier bien. Je ferai la même performance avec ou sans. En tout cas, dans cette période difficile, je suis contente de pouvoir faire ce que j'aime. » Tiffany Gauthier, 12e à 1''31 : « C'est une petite victoire par rapport à ce week-end qui a été vraiment difficile pour moi. Il y a encore du travail, c'est sûr, mais c'est encourageant. J'essaie de garder le positif et de garder ça pour la prochaine course. Je me suis dit qu'il fallait que j'en profite, je suis à Val-d'Isère, chez moi, ça fait cinq ans que j'ai envie de faire cette course et d'avoir un bon niveau. C'était en grande partie pas mal, il m'a manqué un bout de course, mais je garde du positif. » Tessa Worley, 22e à 2''21 : « Sur les super-G, tout va très vite, on se fait secouer, c'est toujours la bagarre. Reprendre le départ d'une compétition de super-G, ça réveille ! Je me suis sentie super à l'attaque sur le haut. Après, sur la portion de la bosse à Émile, finalement ce n'était pas si rapide, mais c'est l'impression que j'avais à la reco, et j'ai beaucoup moins osé... J'ai fait des courses bien différentes, le haut et le bas, c'est dommage parce que derrière je suis moins incisive. Ce sont des petites erreurs d'engagement, la preuve qu'il me manque encore des kilomètres, mais c'est intéressant parce que le ski est là. »