Ski alpin - CM (H) - Alexis Pinturault (15e du géant d'Alta Badia) : « Je ne peux pas me permettre de faire deux courses comme ça »

·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Seulement 15e du géant remporté ce dimanche à Alta Badia par le Norvégien Henrik Kristoffersen, Alexis Pinturault est apparu en proie en doute. Alexis Pinturault, 15e à 1''11 d'Henrik Kristoffersen : « Je n'ai pas encore trop d'explications à chaud sur ce résultat. Il y a des erreurs, des problèmes, certainement aussi un manque d'engagement. Je n'ai pas réussi à avoir un ski assez calme, j'ai été trop accroché, je ne prenais pas assez de vitesse au fur et à mesure des portes. Ça coûte cher sur ce genre de neige relativement facile. Même pour Mathieu (Faivre) ça n'a pas été simple. Il y a des choses à régler. Le tracé était plutôt bien, je suis dans le même ton dans les deux manches : pas d'exploit, pas trop vite. On va regarder la vidéo mais avec une deuxième course lundi et quelques heures pour corriger le tir, est-ce qu'on pourra le faire ? Je ne sais pas. On peut essayer de tout changer (matériel), mais c'est alors un pari. Et quand on se sent un peu chahuté dans notre ski, on est aussi un peu inhibé, et c'est la double peine. Le résultat n'est pas extraordinaire, je ne peux pas me permettre de faire deux géants comme ça donc je dois trouver des solutions. » lire aussi Classement du slalom géant d'Alta Badia Mathieu Faivre, 16e à 1''26 d'Henrik Kristoffersen : « Je n'ai pour l'instant aucune explication. Ça fait encore une course cette saison où je prends une grosse reculée en deuxième manche après de bonnes premières. Il y a beaucoup de densité en géant, les écarts sont serrés, mais c'est vrai que c'est une énorme énorme frustration. J'ai pris un gros coup sur la tête en voyant que j'avais fait le 29e chrono de la deuxième manche. C'est vraiment rageant mais j'ai du mal à voir ce que je dois corriger. Ce n'est pas la pression de refermer le portillon de départ puisque j'ai déjà vécu cette situation plusieurs fois en réussissant à monter sur le podium. Je n'étais pas spécialement tendu. Demain (lundi), il y a déjà une course, et en ski alpin, il faut deux bonnes manches. Il faut mieux gérer la deuxième, voir aussi ce qui peut être corrigé sur le matériel. » lire aussi Classement général de la Coupe du monde

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles