Ski alpin - CM (H) - Mathieu Faivre : «Ça a été la bataille»

L'Equipe.fr
Troisième du géant d'Aspen, Mathieu Faivre assure pourtant ne pas avoir eu des sensations excellentes sur la piste.

Troisième du géant d'Aspen, Mathieu Faivre assure pourtant ne pas avoir eu des sensations excellentes sur la piste.Mathieu Faivre (3e du géant d’Aspen) : «Je ne peux pas dire que niveau sensation, ça a été super, ça a été la bataille tout le long de la piste. Quand j’ai vu du vert en bas, j’étais content. Je suis content de ce que j’ai réussi à produire aujourd’hui (samedi) avec deux manches totalement différentes au niveau des conditions. La neige était très agressive et accrochait beaucoup dans la première manche. Dans la seconde, il faisait extrêmement chaud et je suis parti beaucoup plus loin. La piste bougeait beaucoup plus, c’était vraiment un combat. Sur une manche comme, ça, on rectifie en permanence, on ne sait jamais si on est bien, si on a la bonne ligne, si la porte va taper ou pas…Il faut être dans le moment présent, y aller une porte après l’autre. Parfois, je croisais les doigts en espérant que ça passe ! Si c’est un soulagement de retrouver le podium ? Non, j’ai 25 ans et tout ce que je veux, c’est progresser à chaque fois. On sait que ça se joue à pas grand-chose. La dernière fois, j’étais 13e et là, 3e, ça peut aller vite dans les deux sens. Je ne dis pas que ça a été simple mais j’ai continué à travailler jusqu’au dernier moment pour être en forme sur cette dernière course et je suis content de voir que ça a payé. Je suis aussi content de finir ma saison ! Les géantistes, on est sur le pont depuis fin octobre et quand on franchit la dernière ligne d’arrivée, c’est une libération.»Marcel Hirscher (vainqueur): «Je dois dire que vu qu’il faisait 20°C en bas, les conditions de piste étaient parfaites. Un travail incroyable a été fait pour que la course soit la plus juste possible. J’ai utilisé mes skis de Kranjska Gora où les conditions étaient similaires et ça a bien marché. Si je regarde le début de saison, ce n’était pas si facile que ça pour moi. Mais on a progressé tout au long de l’hiver. Plus la saison a avancé et plus j’étais en forme. Atomic a aussi fait un énorme boulot sur les skis.»Alexis Pinturault (éliminé en 2e manche) : «C’est une faute d’intérieur sur du plat… En général, c’est plutôt dans les parties raides que ça arrive. Ça me prend la chaussure et je n’arrive pas à faire ‘’re-mordre’’ mon ski et je sors. C’est comme ça… Mon état d’esprit ? C’est que ça se finisse. Il reste le slalom où j’essaierai de faire au mieux. Puis les championnats de France et ceux des douanes…»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages