Ski alpin - CM (H) - « Ce n'est pas fantastique, mais je m'accroche », réagit Johan Clarey, 14e de la descente de Wengen

·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Johan Clarey
    Skieur alpin français

Johan Clarey, 41 ans, est une nouvelle fois le Français le mieux classé lors de la première descente de Wengen ce vendredi. L'enchaînement des courses l'atteint physiquement. Johan Clarey, 14e à 1''36 d'Aleksander Aamodt Kilde : « C'était super, je voulais partir devant pour avoir une piste un peu plus lisse. Je ne fais pas une mauvaise course, pas une très bonne non plus, c'est un peu mon niveau actuel. Il me manque un peu de confiance pour gagner les petits dixièmes qui vont me faire faire une très belle course, ce n'est pas fantastique, mais je m'accroche (il rit). Les journées ne sont pas évidentes pour moi en ce moment avec l'âge (il a eu 41 ans le 8 janvier), mine de rien il faut se remettre dans le travail tous les jours et ce n'est pas facile. (à propos de la solution pour enchaîner les courses) Au mental ! Je n'ai pas trop l'habitude de lâcher l'affaire, j'espère que je vais passer une bonne nuit, que je vais bien récupérer. Je ne vais pas laisser tomber. (à propos de la version longue de la descente samedi) Le haut me va très bien, je pense que je peux être très rapide cette année, après il va falloir que je tienne physiquement. Je n'aime pas en parler, mais je ne suis plus tout jeune, dont ça commence à pêcher un peu physiquement avec l'accumulation des jours, je ne sais pas comment je vais réagir demain. Ça va se jouer dans la tête. » Nils Allègre, 23e à 1''88 : « Le résultat n'est pas là, je manque encore de repères cette année en descente. J'ai plein de soucis de timing, un coup c'est trop tôt, un coup trop tard, ce qui fait qu'il n'y a pas trop de liaisons dans mon ski et ça coûte cher. Je ne sais pas si c'est moi qui suis plus dans le dur ou si le niveau des autres s'est élevé, mais cette année est difficile. Je n'ai pas pu faire certains réglages au moment voulu à cause de petits soucis (douleurs au dos cet automne et en début de saison), mais je ne me trouve pas d'excuse, il faut essayer de trouver les solutions. Mais je ne m'en satisfais pas. Il faut faire un peu le dos rond, ne pas trop écouter ce qu'on entend et essayer d'avancer malgré ça. » Matthieu Bailet, 31e à 2''19 : « C'était bon à skier, mais c'est dur pour moi, je lutte. Sur ce Kernen-S, j'ai essayé quelque chose de différent aujourd'hui, de rentrer un peu plus par la taille, un peu plus osé, ça n'a pas marché du tout. J'en sors avec une très mauvaise vitesse et sur cette piste, tout part de là. Je perds beaucoup de vitesse là où c'est important, et derrière ça ne fait que s'accumuler. Cette piste me met en difficulté, je le prends comme un défi chaque jour, car je compte bien ''performer fort'' un jour ici. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles