Ski alpin - Fabien Saguez : « On devrait pouvoir skier jusqu'à la fin juillet »

L'Equipe.fr
L’Equipe

Le Directeur technique national (DTN) de la Fédération française de ski revient sur le retour en piste des athlètes français en alpin ainsi que sur les perspectives de l'hiver prochain.« Comment jugez-vous la phase de confinement-déconfinement des membres de l'équipe de France de ski alpin ? Le bilan est bon. Après le confinement, on a retrouvé à la mi-mai au centre national d'entraînement d'Albertville des athlètes reposés, voire déjà en super forme et qui avaient très bien travaillé avec les moyens du bord en autonomie. Il y a eu pas mal d'athlètes touchés par le coronavirus (dont Alexis Pinturault, Johan Clarey et Nastasia Noens), mais pas gravement et en pourcentage, pas davantage que dans la population générale. Ils sont tous très bien remis. La préparation physique a pu commencer dans de bonnes conditions, grâce à un encadrement et des athlètes très respectueux des guides sanitaires édités par la Fédération.Le retour sur les pistes a commencé depuis quelques jours, à Val d'Isère puis aux Deux Alpes. Pour quel type de travail ?On a la chance de pouvoir bosser dans de bonnes conditions de neige malgré une météo assez perturbée, et pour cela il faut remercier les exploitants de stations qui ont énormément travaillé sur les glaciers. Normalement, on devrait même pouvoir skier jusqu'à la fin juillet. Ce qui était devenu très rare ces dernières années.lire aussiLes skieurs français ont repris l'entraînementLa principale nouvelle au niveau des staffs techniques, c'est l'arrivée de Rudy Soulard, chargé des slalomeuses après un long passage à l'étranger.Cela faisait cinq ou six ans que je cherchais à convaincre Rudy de nous rejoindre. Il va nous apporter sa compétence technique, sa grande expérience et pourra encadrer les jeunes comme Nastasia Noens, qui revient de blessure.La saison de Coupe du monde et les Mondiaux prévus en 2021 à Cortina engendrent beaucoup de questions depuis quelques semaines... Quelle est la situation ?Même si la Fédération italienne aimerait reporter à 2022 ses Mondiaux pour motifs économiques, personne à l'international n'a envie de voir cette solution retenue. Vous imaginez des Mondiaux quelques semaines après des JO ? Ils seraient totalement dévalorisés. La Fédération internationale (FIS) doit prendre une décision début juillet. Quelques semaines plus tard, elle devra aussi dire à quoi va ressembler la Coupe du monde 2020-2021, et notamment si on peut courir comme d'habitude en Amérique du Nord (États-Unis et Canada) fin novembre - début décembre.Tout dépendra des conséquences de la pandémie. Est-ce que les frontières seront ouvertes pour tous les skieurs ? Est-ce que certaines stations pourront financièrement être assez solides pour accueillir les courses prévues ensuite en Europe ? Il y a beaucoup d'options que la FIS étudie actuellement, en discutant avec les différentes fédérations nationales. Le mot-clé, c'est de pouvoir s'adapter au maximum. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi