Ski alpin : malgré la crise, les ingénieurs continuent d'innover pour permettre aux athlètes de progresser

Guillaume Battin
·1 min de lecture

Tous les secteurs ont été touchés par la crise du coronavirus, y compris le sport. Mais malgré les annulations de compétitions, les ingénieurs et les marques ont continué de travailler sur le matériel de demain, toujours plus performant. Dans le ski alpin, comme en Formule 1, la compétition permet de développer les nouveaux produits, ceux que les skieurs amateurs utiliseront ensuite. Exemple avec le DLC, le "Dynamic Line Control", en anglais. Il s'agit d'un système que met au point la skieuse française Tessa Worley.

Concrètement, le DLC est un bras qui agit comme un piston pour plaquer l’avant du ski à la piste, lui apporter stabilité, accroche et puissance. Dylan Stari est l’un des techniciens de l’équipe de France de ski alpin, c’est lui qui prépare les skis de la skieuse alpine française et championne du monde Tessa Worley tous les week-ends de coupe du monde : "C'est une technologie qui permet de limiter les vibrations lors des chocs des skis sur la neige dure et bosselée. C'est fixé de la spatule à la plaque mais la matière, malheureusement, je ne peux pas la dire, c'est secret."

"C'est jouissif de pouvoir amener cette technologie dans le ski, de pouvoir la développer et surtout que ça lui plaise autant."

Dylan Stari, technicien

franceinfo

Une technologie encore indisponible pour le grand publique puisqu'actuellement, "il n'y a que Tessa (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi