Ski alpin - Valentin Giraud-Moine met un terme à sa carrière

·1 min de lecture

Le descendeur Valentin Giraud-Moine (29 ans), gravement blessé en 2017 quelques jours après sa deuxième place à Kitzbühel, a décidé de mettre un terme à sa carrière, mercredi. Après mûre réflexion, Valentin Giraud-Moine a décidé de dire stop. Le descendeur d'Orcières-Merlette (29 ans) ne disputera pas la Coupe du monde qui s'ouvrira dans quelques semaines, et met un terme à sa carrière au plus haut niveau. Après 65 départs et deux podiums, dont une grandiose deuxième place en descente à Kitzbühel en 2017, il a préféré en rester là, et forcément il faut évoquer sa très grave blessure survenue en 2017 à Garmisch-Partenkirchen, quelques jours après son exploit en Autriche. Une luxation des deux genoux, des inquiétudes sur sa capacité à remarcher d'abord, puis une longue rééducation et un retour à la compétition en novembre 2018, un autre exploit. Valentin Giraud-Moine « J'en chiais deux fois plus que les autres » Giraud-Moine parvint même à remarquer des points en Coupe du monde, notamment l'hiver dernier lors de la descente de Val d'Isère (14e place). Mais son corps et la difficulté à rester compétitif lui ont finalement suggéré d'en rester là, en concertation avec le staff technique.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

« J'avais dit dès l'été dernier que cette saison 2021-22 serait la dernière, j'en chiais deux fois plus que les autres, la motivation était plus souvent entamée, explique-t-il. L'hiver dernier a été un peu pourri malgré la 14e place à Val, la seule éclaircie. Je me suis fait mal à la cheville à Bormio, ça a peut-être été un électrochoc. Il y a plein de choses à faire après le ski. Je n'ai pas tellement de regrets, j'ai fait du mieux que je pouvais. Je skiais vite avant mon accident, je prenais énormément de plaisir, mais j'aurais aussi pu perdre mes deux jambes. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles