Ski-alpinisme - François D'haene a traversé le Tyrol à skis : 96km et 9200m de dénivelé en moins de 30 heures

L'Equipe.fr
L’Equipe

L'ultra-traileur François D'haene et le traileur et photographe Philipp Reiter se sont lancés un défi de taille : parcourir d'une traite en ski-alpinisme la haute route du Tyrol en Autriche, soit 96km et 9200m de dénivelé en 30h avec de nombreux passages flirtant avec les 4000m d'altitude. Une belle expédition sur les sommets du Tyrol pour le triple vainqueur de l'UTMB. « Cela faisait longtemps que je cherchais à réaliser une belle aventure à skis en montagne et que j'avais envie de partager ça avec Philipp (Reiter) qui est un ami, explique François D'haene. On réfléchissait à un sommet un peu technique, on a finalement décidé de tester ce format d'ultra-endurance à ski. » François D'haene « Je n'avais jamais fait de très longue distance en ski-alpinisme, c'était un peu l'inconnu » Au menu de ce premier grand défi de la saison de l'ultra-traileur : plus de 96km et 9200m de dénivelé à réaliser en altitude (avec de nombreux passages au-dessus des 3500m d'altitude) sur les sommets du Tyrol, en Autriche. Parti le 24 février, il a réalisé ce défi en un peu moins de 30 heures. Le tout partagé avec Philipp Reiter, un ancien compétiteur de haut niveau en ultra-trail, désormais photographe pour la team Salomon. Ultra-trail : où s'affronteront les grands champions cette saison ? « Je n'avais jamais fait de très longue distance en ski-alpinisme, c'était un peu l'inconnu, explique François D'haene, triple vainqueur de l'UTMB. J'avais un peu peur des frottements dans les chaussures, de l'orientation pendant la nuit, il n'y avait vraiment pas de luminosité de la lune, il fallait bien gérer notre cheminement avec les instruments GPS. Mais au bout du compte, c'était très intéressant, c'était une belle aventure. » Si ce dernier est avant tout un spécialiste des longues courses à pied en montagne, il utilise depuis toujours le ski-alpinisme pour se préparer en hiver. Il participe chaque année à la Pierra Menta et, depuis peu, à plusieurs autres courses dans cette discipline, à l'instar de la Transcavallo en Italie il y a deux semaines. « Cette expérience dans le Tyrol était pour moi aussi importante qu'une participation à la Pierra Menta, assure le Français. Ce n'était pas une forme de préparation, car, en vrai, cela va plutôt me desservir pendant cette course car je n'aurai pas complètement récupéré. Non, vraiment, cette expérience était un objectif à part entière à mes yeux ». Il sera néanmoins au départ de la Pierra Menta, le 11 mars, sur la même ligne de départ qu'un autre ultra-traileur de renom, l'Espagnol Kilian Jornet.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi