Ski de bosses - CM - Perrine Laffont soulagée de « relâcher la pression » après « les montagnes russes émotionnelles » cette semaine

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

L'équipe de France de ski de bosses a signé deux podiums au général de la Coupe du monde, avec un quatrième globe de cristal pour Perrine Laffont et la deuxième place de Benjamin Cavet. Réactions. Perrine Laffont, vainqueure du général de la Coupe du monde : « Cette semaine, c'était les montagnes russes émotionnelles, on est passé par tous les états. Ce (dimanche) matin, ça partait bien et le brouillard est arrivé. Après, ça partait, ça partait plus... Ce n'est pas la première fois qu'on a une course comme ça (annulée à cause de la météo après avoir été repoussée plusieurs fois), mais on aurait préféré sur une belle course. Après, moi, ma saison se finit bien donc c'est cool. Le globe de cristal, quand j'ai su que c'était déjà fait (après l'étape de Deer Valley), on ne l'a pas fêté. lire aussi Laffont, bosseuse complète Tant que tu ne l'as pas dans les mains, tu ne réalises pas. Là, de le serrer dans mes bras et le soulever sur le podium, c'est génial, ça fait toujours des bonnes sensations. Mais ça y est, c'est fini, on va pouvoir relâcher la pression, la pression du Covid aussi. On a encore un test ce soir pour rentrer à la maison, mais ça va faire du bien de retrouver une vie plus normale. Toute la saison, il fallait faire hyper gaffe, par exemple, j'ai pas vu mon frère depuis septembre. On voulait faire attention. Du coup, on va pouvoir relâcher cette pression, revoir la famille et les amis. C'est ça qui me manque le plus. » Ben Cavet, deuxième du général de la Coupe du monde : « Je ne suis pas content de ma deuxième place (du général) mais je suis content de ma saison. J'ai fait des super courses, notamment à Deer Valley (2e et 3e), où j'ai fait les meilleurs runs de ma carrière en duel. J'étais à fond dedans, concentré. C'est pour des moments comme ça que je fais ce sport, donc j'en garde des bons souvenirs. (À propos de l'annulation de la dernière étape, où il était encore en lice pour le globe de cristal) C'est dommage car ça fait une épreuve en moins, et on était là depuis un moment avec les Championnats du monde, du repos puis deux jours d'entraînements dont on avait pas forcément besoin. On sait qu'ici, dès que ça annonce mauvais, c'est très risqué, ça part vite en annulation de course. Mais bon, sur une saison comme ça, on est déjà contents d'avoir des courses. Physiquement, je me sens encore frais, je pourrais réattaquer une saison (rires). Mais cet hiver a été pour moi plus fatiguant émotionnellement et mentalement. »